Ils sont fous ces clients #3 : Le goujat et l’étourdie

1

Dans cette interview, Thomas nous raconte 2 anecdotes qui lui sont arrivées en location courte durée.
Le tournage de cette vidéo a été difficile, surtout au moment de la seconde anecdote ! 🙂

Si vous souhaitez partager des anecdotes qui vous sont également arrivées en exploitant vos biens immobiliers en location courte durée, n’hésitez pas à me contacter !

Transcription

Sébastien :  Bonjour à tous, je suis Sébastien, auteur du blog louer-en-courte-duree. Je suis ravi de vous accueillir dans cette nouvelle vidéo qui fait partie de la série « Ils sont fous ces clients ».

Alors, aujourd’hui, je me trouve en présence de Thomas qui va nous expliquer un petit peu comment il a démarré la location courte durée, quand est-ce qu’il a démarré, quels sont ses premiers résultats. Et surtout, il va nous faire part de deux expériences qui lui sont arrivées dernièrement. Et croyez-moi, vous n’allez pas être déçus en regardant cette vidéo.

Salut Thomas !

Thomas :  Salut Seb !

Sébastien :  Alors, Thomas, est-ce que tu peux nous dire quand est-ce que tu as démarré la location courte durée, où tu la pratiques déjà, et nous exposer un petit peu tes premiers résultats ?

Thomas :  Alors, moi, je fais de la location saisonnière à Toulouse depuis début juillet…

Sébastien :  Oui !

Thomas :  Voilà. Ça se passe très bien. J’ai en moyenne, enfin minimum, 25 nuits par mois de louées. Donc, ça marche très bien, je suis très content.

Sébastien :  D’accord. Et alors, tu attires une clientèle plutôt professionnelle, plutôt touristique par rapport à la localisation dans laquelle tu as investi ?

Thomas :  Alors, je pensais que ce serait une clientèle plus professionnelle que touristique. Et en fin de compte, c’est très mitigé, voire presque plus touristique, oui. Donc, voilà, au jour d’aujourd’hui, j’ai des gens qui voyagent entre deux villes, d’autres qui viennent faire un petit séjour sur Toulouse, parce qu’en fait, j’ai le métro qui n’est pas loin, donc, ils peuvent y accéder facilement. Et puis, j’ai aussi des pros qui viennent pour un stage, une formation, voilà.

Sébastien :  Ah d’accord ! Parce que, alors moi, je connais un petit peu la résidence dans laquelle investit Thomas. Tu vois, je pensais que tu aurais attiré plutôt une clientèle professionnelle, donc…

Thomas :  Oui, moi aussi ! Alors aussi, peut-être parce que j’ai commencé pendant les vacances donc, j’ai eu plus de touristes à ce moment-là, peut-être que là, j’aurai plus de pros, à voir.

Sébastien :  D’accord, ok ! Donc, toi, tu disais que tu faisais minimum 25 nuits depuis que tu as démarré. Donc, on tourne cette vidéo au mois de… tout début novembre, donc ça fait quoi, tu as quatre mois de recul, d’accord ?

Thomas :  Oui !

Sébastien :  La moyenne des nuits sur lesquelles, enfin le nombre de nuits en moyenne que réservent tes clients ?

Thomas :  Je dirais quatre.

Sébastien :  Quatre nuits ?

Thomas :  Oui !

Sébastien :  Bon, ok ! Moi, je trouve que la moyenne aussi, en tout cas sur mes appartements, elle est entre trois et quatre nuits, ce qui est cohérent. Donc, satisfait de ce mode d’exploitation ?

Thomas :  Ah oui, très, très satisfait !

Sébastien :  Alors, est-ce que tu peux juste pour dire, parce qu’il y a beaucoup de personnes qui ont envie de faire la location à courte durée mais qui ont un frein par rapport à des problématiques logistiques, de délégation… Alors, c’est vrai que moi, je ne cache jamais dans mes vidéos que ça demande plus de temps de gestion que toute autre mode d’exploitation. Qu’est-ce qui fait, toi, que tu as fait le choix de la location saisonnière ou courte durée plutôt que du meublée classique ? Et est-ce que toi tu trouves, par rapport à ta situation professionnelle et familiale, que ça te demande beaucoup d’effort en temps de gestion ?

Thomas :  Alors, qu’est-ce qui fait que j’ai choisi la location saisonnière, c’est simple. Moi, je cherchais quelque chose à forte rentabilité et de façon à ce qu’un jour on puisse… enfin, surtout que ma femme puisse quitter son job, donc en vivre. Après, la deuxième question, c’était ?

Sébastien :  C’était par rapport au temps de gestion que tu as, est-ce que c’est quelque chose de très, très contraignant par rapport à ta situation familiale et professionnelle ?

Thomas :  Alors, c’est vrai qu’au début, on se disait ça va être assez compliqué de gérer tout ça parce qu’effectivement, j’ai un enfant en bas âge, j’ai ma société, ma femme travaille et en plus, elle travaille en décalés, dès fois elle commence tôt le matin ou elle finit tard le soir. Et… Bon, voilà, au début, on ajuste un peu, on essaie de s’organiser. Une fois qu’on a mis en place une bonne organisation, ça roule tout seul finalement. Il suffit de… Avec un minimum d’expérience, se rendre compte qu’il y a deux, trois techniques qu’on peut mettre en place de façon à se limiter cette charge de travail, ou du moins l’optimiser en tout cas.

Sébastien :  Ok. Bon, je suis d’accord avec toi ! Parce que nous, quand on a démarré avec ma chérie, en fait, on a eu jusqu’à trois appartements en location saisonnière alors qu’on avait nos deux enfants et nos deux boulots à côté. Alors, je ne cache pas que ça demande un peu d’organisation mais voilà, on y est arrivé donc, je voulais juste faire dire à Thomas que c’est faisable.

Thomas :  Oui, oui, complètement !

Sébastien :  Ok ! Alors, maintenant, on va en venir à la deuxième partie de cette vidéo : « Ils sont fous ces clients ». Est-ce que tu peux nous raconter tes deux anecdotes ? On va commencer par la première. Voilà, je te laisse en parler.

Thomas :  La première, c’est au tout début de la mise en location de l’appartement, ça devait être le troisième, quatrième locataire. Les locataires, en fait, puisque c’était un jeune couple de parisiens qui descendait sur Toulouse pour visiter une petite semaine. Donc, ils m’avaient pris la semaine entière. J’étais bien content. Et c’était vraiment là du tourisme, ils venaient découvrir la ville en amoureux. J’ai fait moi-même le check-in. Quand je suis arrivé, je suis tombé face à un couple avec elle, très charmante, très souriante, vraiment agréable, lui, très froid, pas souriant du tout, pas agréable du tout.

Sébastien :  Oui. Ça, c’est souvent gênant.

Thomas :  Oui !

Sébastien :  Enfin, moi, quand je fais des check-in, je préfère que les gens soient avenants.

Thomas :  Parce que du coup… Bah oui, moi aussi, j’aime bien parce que du coup, j’aime que l’accueil se fasse chaleureusement, dans une bonne ambiance, que les gens soient contents d’être là. Elle, elle était contente, lui, pas du tout.

Sébastien :  Vous allez comprendre pourquoi !

Thomas :  Et du coup, je leur ai fait l’entrée, signer le contrat, tout ça. Je leur remets les clés et je m’en vais. Et trois jours plus tard, je reçois un appel de la dame qui me dit : « Voilà, je vous appelle parce que je veux partir. Je veux partir tout de suite ! ». Et je sentais qu’elle était presque en sanglots, qu’il s’était passé quelque chose de grave. Et à ce moment-là, je lui dis : « Bon, bah écoutez, j’arrive tout de suite, je me débrouille, je viens ! » Et j’avais vraiment peur qu’il se soit passé quelque chose dans l’appartement, qu’il s’est passé quelque chose, je n’en sais rien, je me suis fait plein d’idée, en fait, sur le chemin. Et tout ça pour, en fait, quand je suis arrivé, il se trouve que son ami l’a largué en plein milieu du séjour. Ils étaient venus en voiture depuis Paris et lui, il est reparti avec la voiture, laissant la copine, du coup…

Sébastien :  Il l’a planté littéralement sur place.

Thomas :  Il l’a planté sur place, il m’a laissé les clés et sa femme et il est reparti avec sa voiture. Et elle, elle s’est retrouvée à l’autre bout de la France. Du coup, comme ça, on galère sans rien. Eh bien, du coup, elle m’a expliqué ça. Donc, je lui ai fait le check-out, je lui ai repris les clés, je l’ai raccompagné à la gare parce qu’elle n’était vraiment pas bien du tout, la pauvre fille. Et puis, on l’a mis dans un bus et puis voilà, elle est remontée.

Sébastien :  C’est-à-dire que lui, il n’a même pas pris la peine de raccompagner sa copine à la gare, rien du tout…

Thomas :  Ah non ! Il s’est vraiment… le mec… À mon avis, l’engueulade a dû être violente parce qu’il est parti, il a pris ses cliques et ses claques et il s’est barré.

Sébastien :  Nous, on en rigole, je ne suis pas sûr qu’elle a dû rigoler…

Thomas :  Non, pas du tout !

Sébastien :  … autant que nous. Mais bon, ça fait partie des…

Thomas :  C’était peut-être le check-out le plus froid que j’ai fait parce que du coup-là, c’est vraiment une ambiance pas cool du tout !

Sébastien :  Sur ce coup-là, c’est le check-in pas terrible, le check-out, pas terrible non plus.

Thomas :  Pas du tout !

Sébastien :  Ok ! Bon, bah voilà. Ça, c’est des choses qui peuvent vous arriver si vous faites de la location courte durée ou de la location saisonnière. Alors, tu me disais que tu voulais partager une seconde anecdote dans cette vidéo, assez sympa aussi…

Thomas :  Assez sympa, oui !

Sébastien :  Toujours dans la série « Ils sont fous ces clients ».

Thomas :  Alors celle-là, ce n’est pas tout le monde qui l’a. J’ai un monsieur qui m’a loué l’appartement pour sa mère parce que lui habite à côté de l’appartement et sa mère qui habite à l’étranger venait séjourner quelques jours chez lui. Et puis, du coup, comme c’est un petit peu petit chez lui, il m’a pris l’appartement qui est juste à côté pour sa mère qui est assez âgée, on va dire. Et c’est ma femme qui a fait le check-out ce jour-là. Et en rendant les clés, le monsieur lui dit : « Voilà, ma mère a perdu son dentier mais elle ne sait pas trop si c’est dans ses valises ou c’est chez vous. Donc, si jamais, vous la retrouvez, vous me rappeler et je passe le chercher après l’avoir emmené à l’aéroport ». Et voilà, du coup, ma femme a fait le ménage avec l’appréhension de tomber sur le dentier ou pas pendant toute l’heure de ménage. Eh bien, finalement, elle est tombée dessus, ça n’a pas raté, sous le meuble de la salle de bain. Elle a fait une découverte assez sympathique, un dentier, voilà !

Sébastien :  C’est-à-dire que la personne quand même, elle est repartie chez elle sans ses dents.

Thomas :  Effectivement. Mais elle avait un avion à prendre ! Je pense que, à mon avis, elle a dû le chercher pendant pas mal de temps. Et puis, en même temps, voilà, il fallait bien qu’elle reparte cette dame-là donc elle est repartie chez elle sans ses dents. Donc après qu’on m’ait laissé une femme, maintenant, on m’a laissé des dents ! Du coup, voilà, c’était une anecdote assez sympa aussi.

Sébastien :  Excusez-nous, on a un petit peu rigolé. Donc, ta femme a retrouvé le dentier. Et donc, elle l’a rendu au fils de cette dame, c’est ça ?

Thomas :  Oui voilà ! Ça y est, il est repassé et je lui ai rendu le dentier, il est reparti.

Sébastien :  Bon, parfait ! Plutôt une anecdote assez rigolote, vous avez pu le voir. Donc, encore une fois, voilà des choses qui peuvent vous arriver à vous aussi si vous vous lancez dans la location saisonnière ou dans la location courte durée.

Donc, voilà ce que je voulais partager aujourd’hui avec vous dans cette vidéo. Donc, merci Thomas pour ton retour d’expérience sur la location courte durée, et puis sur tes deux anecdotes.

Donc, si vous aussi, vous avez des anecdotes à partager, n’hésitez pas à prendre contact avec moi. On fera une vidéo comme je suis en train de la faire aujourd’hui avec Thomas. Puis, je vous rappelle que si vous souhaitez en savoir encore plus sur la location saisonnière ou sur la location courte durée, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter de mon blog louer-en-courte-duree ou tout simplement à ma chaine YouTube en cliquant sur le bouton juste ici.

Je voulais également vous rappelez que j’ai rédigé deux e-books que vous pouvez télécharger gratuitement. Ces deux e-books s’appellent « Convaincre la banque, mode d’emploi » dans lequel je vous explique quelle attitude adopter pour convaincre la banque de la viabilité de votre projet d’investissement locatif ; et « Doubler son salaire avec la location courte durée » dans lequel je vous explique comment, grâce à la location courte durée, vous pouvez vous créer une rente ou un complément de revenu.

Alors, vous pouvez télécharger ces deux e-books en cliquant sur les deux vignettes qui vont apparaitre dans l’écran de la vidéo si vous vous trouvez dans un navigateur internet ; et si vous regardez cette vidéo à partir d’un appareil mobile, je vous mets les liens de téléchargement dans la description juste en dessous de cette vidéo ou sur le petit « i » qui va apparaitre en haut, à droite de cette vidéo.

Voilà, écoutez, je vous quitte ici pour aujourd’hui et je vous dis à très, très bientôt pour une nouvelle vidéo !

Ciao !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Share.

Un commentaire

Leave A Reply