Ils sont fous ces clients #5 : La coquine et l’aguicheuse

0

La location courte durée (location saisonnière) amène à des situations drôles et comiques.
Dans cette interview, Julien nous raconte 2 anecdotes qui lui sont arrivées.
J’ai trouvé que ces 2 anecdotes avaient toute leur place dans la série « Ils sont fous ces clients ».

Si vous souhaitez partager vos expériences également, n’hésitez pas à prendre contact avec moi.

Transcription

Sébastien : Bonjour à tous, je suis Sébastien, auteur du blog http://louer-en-courte-duree.fr et je suis ravi de vous accueillir dans cette vidéo qui fait partie de la série « Ils sont fous ces clients ».

Alors, aujourd’hui je suis en présence de Julien.

Salut Julien !

Julien : Salut Seb !

Sébastien : Qui va nous expliquer qu’est-ce qui lui est arrivé en location saisonnière, qui va même nous raconter deux anecdotes qui sont arrivées depuis qu’il a commencé son exploitation.

Alors, avant que Julien nous explique ce qui lui est arrivé, je vous invite à vous abonner gratuitement et librement à ma chaîne YouTube en cliquant sur le bouton qui va apparaître dans cette vidéo, le bouton « Abonnez-vous ! ». Ça me permettra de vous tenir informés en temps réel, de la publication de toutes mes nouvelles vidéos dans lesquelles je partagerai avec vous des conseils, des retours d’expérience et des anecdotes autour de l’immobilier et de la location courte durée.

Alors, Julien, avant que tu nous expliques tes deux anecdotes, croyez-moi vous n’allez pas être déçu du voyage, regardez bien cette vidéo jusqu’au bout, est-ce que tu peux expliquer où est-ce que tu fais de la location courte durée, de la location saisonnière ? Quand est-ce que tu as démarré ? Et quels sont les résultats que tu obtiens, le nombre de nuits que tu loues tes appartements, le cashflow que tu tires ? Est-ce que tu délègues ou est-ce que tu ne délègues pas ? Parce que ça, c’est un gros point dur sur les personnes qui souhaitent se lancer. Voilà, expliques-nous tout sur ton exploitation !

Julien : Pas de problème. Alors, effectivement, moi je m’appelle Julien, j’ai 31 ans. J’habite à Bordeaux, mais en fait, je fais de la location saisonnière sur Royan qui est une station balnéaire en Charente-Maritime. J’ai commencé la location saisonnière il y a un an et demi, c’était en avril 2015, pour mon premier appartement. Et depuis, j’en ai acheté un deuxième cette année, en mois de mai, en 2016. Donc, j’exploite deux appartements : un T3 et un T2.

Sébastien : Quels sont les chiffres que tu as obtenus suite à la mise en location du premier appartement ? Tu louais combien de nuits ? Quel cashflow tu as dégageais ? Parce que j’imagine que les résultats ont dû être probants pour t’inciter à faire une deuxième opération.

Julien : Tout à fait. Alors en fait, le premier appartement, j’ai acheté un T2. En fait, c’était un T2 au moment où je l’ai acheté, je l’ai transformé en T3 parce qu’il s’y prêtait, ce qui me permettait d’avoir deux chambres. C’est un appartement sur lequel je dégage un cashflow d’environ 350 à 400 € par mois, pour cette année complète 2016 ; sachant que j’ai prévu de remonter mes tarifs l’année prochaine. Je me suis rendu compte que je n’étais pas assez cher. Donc, ça devrait être sensiblement la même chose, plus élevé pardon. Pour faire simple, en fait sur les deux appartements, j’encaisse à peu près 3000 € le loyer et j’ai 1200 € – 1300 € de charge.

Sébastien : D’accord. Par contre, ce que tu m’expliquais, on s’est vu, nous hors caméra que tu délègues tout.

Julien : Voilà, exactement. Donc, je gère, en fait un peu comme toi, je pense. Je gère la partie commerciale, je continue de prendre les prospects, d’appeler les clients, enfin de les transformer en client et de les rassurer. Par contre, je ne m’occupe absolument plus des entrées et des sorties. En fait, c’est ma femme de ménage qui fait tout ; c’est-à-dire qu’elle me fait à la fois l’entrée, la sortie, le lavage et repassage des draps, donc le changement entre deux locataires, et le ménage de fin de séjour. Ce qui lui permet en fait d’être autonome sur les rotations ; et moi, de plus me déplacer systématiquement pour ça.

Sébastien : Alors, ça c’est très intéressant ce que tu me dis parce que vraiment, la délégation c’est un point dur, il y a beaucoup de gens qui souhaitent se lancer dans la location courte durée, mais qui ne savent pas s’ils peuvent gérer un bien à distance, si c’est faisable facilement. Donc, toi tu vis à Bordeaux, tes appartements sont à Royan. Il y a combien de…

Julien : Il y a à peu près 130 kilomètres, mais je rajouterai même que quand j’ai acheté le premier, je n’habitais pas encore à Bordeaux, j’étais à Paris.

Sébastien : D’accord.

Julien : Donc là, c’est à 150 kilomètres.

Sébastien : Donc voilà, je me trouve en présence de quelqu’un qui vous confirme qu’il est possible de faire à distance de la location courte durée et de tout déléguer, et de ne jamais aller dans les appartements. Donc, Julien, pour faire une synthèse de ce que tu fais en location saisonnière, combien de nuits par mois, chaque appartement ?

Julien : Alors, je ne raisonne pas trop en nuit par mois parce que moi, je suis vraiment sur une saisonnalité ; mais j’ai fait une moyenne sur l’année et j’ai un taux de remplissage qui est de 75%.

Sébastien : De 75%. Et un cashflow moyen, du coup alors pour apprendre…

Julien : Allez ! En prévoyant large, on va dire 1500 € par mois de cashflow.

Sébastien : De cashflow.

Julien : De cashflow.

Sébastien : Donc, 1500 € de cashflow avec deux appartements et 75% de taux d’occupation avec une délégation totale. Donc, voilà ce qu’on peut faire à distance en location courte durée. Parfait, bravo pour ces bons résultats ! Est-ce que tu peux maintenant nous dévoiler les deux anecdotes que tu souhaitais partager parce que, pour moi c’est du caviar.

Julien : Ah oui, avec plaisir. La première anecdote… Alors les deux, c’est marrant mais elles me sont arrivées il y a eu…

Sébastien : C’est sur la même thématique.

Julien : Voilà, c’est la même thématique et les deux, c’était, enfin il y a quelques mois. Ça fait, là, on est en novembre, c’était cet été, ce n’est pas si vieux. Donc, la première, j’ai un couple, j’aurai dû me méfier d’ailleurs, qui réserve vraiment à la dernière minute, je reçois l’email Booking à 2 heures du matin pour une réservation le soir même. Le truc que je n’aime pas trop, mais j’ai dit : « Ok, pourquoi pas ? »

Sébastien : Donc, tu as fait le check-in dans la nuit ?

Julien : Non, ils ont réservé le lendemain matin, et c’était pour… Enfin oui, pour le lendemain soir. Je n’aime pas trop les dernières minutes, mais je suis, bon « Allez, pourquoi pas ? De toute façon… On prend. » Effectivement, c’était un couple, vers une trentaine d’année, ou même pas, avec deux enfants, qui me réservait le T2. Donc, si tu veux, une chambre pour eux et puis, les deux enfants dans le canapé lit, dans le séjour. Ma femme de ménage m’appelle, me dit : « Tout s’est bien passé pendant l’entrée. Pas de soucis, mais bon, ils ne sont pas très bavards, sans plus. » Bon, ok, pourquoi pas. Il y a des gens comme ça. C’était un vendredi soir. Le dimanche matin, elle fait le check-out et puis, le ménage qui s’en suit derrière. Et là, elle m’envoie un SMS si tu le veux.

Sébastien : Je vais vous mettre la capture d’écran du sms dans cette vidéo.

Julien : En fait, elle m’envoie une photo. Et je me suis dit : « Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? » Et elle me dit : « Bonjour, trouvé sous le lit, je vous laisse deviner ce que c’est. » Et en fait, elle a trouvé un vibromasseur sous le lit qui a été oublié par les locataires. C’est la première fois que ça m’arrivait. Et elle a retrouvé le lit, et même l’alaise en dessous, complètement tâchés.

Sébastien : Souillée.

Julien : Voilà, je te laisse deviner avec quoi. Dans la salle de bain, il y avait du papier toilette pareil souillé un peu partout. C’était juste…

Sébastien : Donc, ils se sont amusés.

Julien : Ils se sont bien amusés. C’est qui m’a quand même un peu choqué et surpris, c’est que tu avais quand même deux enfants en bas âge juste à côté, dans la pièce à côté. Je t’avoue que j’ai quand même longuement hésité à les appeler pour leur demander si je devais leur renvoyer ce que j’avais trouvé sous le lit ou pas.

Sébastien : Et donc ?

Julien : Et donc, non. Je ne l’ai pas fait. On a attendu une semaine pour voir s’ils allaient oser le réclamer. Et finalement, on n’a pas eu de nouvelles. Donc, j’ai dit à ma femme de ménage de le jeter voilà, au bout d’une semaine.

Sébastien : Donc, c’est quand même marrant. Donc, un vibromasseur sous le lit, dans la chambre. Voilà. Donc, ça, c’est arrivé à Julien. Personnellement ça ne m’est jamais, jamais, jamais arrivé ce genre de chose. Alors, je ne suis pas à l’abri. Mais voilà, on trouvait que l’anecdote, elle était suffisamment marrante pour la partager avec vous dans cette vidéo. Alors, tu me disais que tu avais une deuxième anecdote sur la même thématique encore une fois.

Julien : En plus, sur la même thématique. Je ne sais pas si ça les attire ou pas. Cet été, pareil. C’est une des rares fois où j’ai fait moi-même le check-in. Ça m’arrive encore de temps en temps. Un couple, la cinquantaine d’année à peu près, avec une fille qui doit avoir 20 ans, qui me réservent une semaine.  Donc, une bonne réservation. Je fais l’entrée dans les lieux qu’ils arrivent. Bon, le classique : la visite des lieux, de l’appartement et tout ça. Et puis, je pars. J’ai dit « Bon, voilà, s’il y a quoi que ce soit, vous m’appelez. S’il y a le moindre problème, n’hésitez pas. » Un petit peu plus tard, donc il devait être 14 heures, tu vois. Un petit peu plus tard dans l’après-midi, dans les coups de 17 heures, j’ai la femme, donc la mère qui m’appelle et qui me dit : « Écoutez ! J’ai un problème. Je n’arrive pas à me servir de la box internet, enfin, du décodeur télé par la box. On a essayé. Est-ce que vous pouvez venir me montrer comment ça fonctionne ? » Moi, je dis : « Ok, pas de soucis. Je viens, aucun problème, j’arrive » Et en fait, j’ai appuyé sur le bouton power et ça fonctionnait parfaitement, si tu veux. Je dis ok, bon pourquoi pas ? Il y a des gens qui n’ont pas l’habitude, tu sais, tu ne poses pas trop la question.

Sébastien : Toujours le bénéfice du doute.

Julien : Voilà, toujours le bénéfice du doute. Et puis, tu sais elle était habillée décolletée, jupe en peu moulante ; 50 ans passés quand même. Et là elle commence à me dire : « C’est gentil, merci, vous avez le temps de rester boire un verre ? ». Je dis : « Non, je n’ai pas le temps, il faut que je reparte. » Et là, je te le jure, elle commence à me dire : « Ah bon ! C’est dommage parce que mon mari est parti pour plusieurs heures avec ma fille, on a l’appartement pour nous. On aurait pu passer un bon moment. » Et là, tu percutes, tu dis : « Ouh la la, dans quel traquenard je suis tombé. ». J’ai fait le mec qui n’avait pas compris, tu sais : « Non, non. C’est gentil, merci, mais vraiment je n’ai pas le temps. » Et je me suis dépêché de me tirer.

Sébastien : Énorme.

Julien : Je suis tombé sur une aguicheuse mariée. Le mari est parti juste avec sa fille. Et l’autre, elle n’a pas froid aux yeux, elle n’a pas perdu de temps. Énorme.

Sébastien : Énorme. Tu l’as reconduit gentiment ou t’as fait le gars qui ne sait pas, qui n’a pas bien compris la question ?

Julien : j’ai fait le gars qui ne sais pas et en sortant j’ai appelé ma femme de ménage et je lui ai dit : « Écoutez ! Ce n’était pas prévu, mais c’est vous qui allez faire le check-out. »

Sébastien : Bon, bah, voilà. Elle s’est dit. Il y a le beau gosse propriétaire. On va essayer d’en profiter un peu.

Julien : Attends ! La cerise sur le gâteau, c’est qu’effectivement, quand ma femme de ménage a fait le check-out, elle n’a quand-même pas perdu de vue ce qu’elle voulait. Elle lui a quand même dit : « Le propriétaire, il est charmant. C’est vrai d’avoir un beau jeune homme comme ça vraiment, vous avez de la chance. »

Sébastien : Une deuxième couche.

Julien : Une deuxième couche. Elle m’appelle et elle est complètement hallucinée.

Sébastien : Disons que ta femme de ménage, entre le vibromasseur et les compliments sur ta personne, elle est servie.

Julien : Ah non, mais là je… Elle est servie. Mais bon, elle est sérieuse et moins, ça, c’est vrai que c’est appréciable.

Sébastien : En tout cas, tout le reste est bon.

Julien : Exactement. Non, une super aventure quand même.

Sébastien : Écoutez, voilà ce qu’on voulait partager avec vous aujourd’hui dans cette vidéo : deux anecdotes. Alors, si vous aussi, vous avez des anecdotes que vous souhaitez raconter et partager avec l’ensemble des personnes qui regardent cette chaîne YouTube, n’hésitez pas à me contacter et on trouvera un moyen, comme avec Julien, comme avec Thomas et comme avec d’autres, de faire une vidéo ensemble pour qu’on puisse raconter tous ces petits couacs qui vous arrivent lorsque vous faites de la location courte durée.

Alors, avant de terminer cette vidéo, je voulais vous dire que si vous souhaitez en savoir plus l’immobilier ou sur la location courte durée, vous avez deux possibilités : la première de ces possibilités, c’est de me suivre sur mon blog http://louer-en-courte-duree.fr ; et la seconde de ces possibilités, c’est de vous abonner gratuitement et librement à ma chaîne YouTube en cliquant sur le bouton « Abonnez-vous ! » qui va apparaître dans cette vidéo.

Et puis, avant de vous quitter, je voulais vous rappeler que j’ai rédigé deux e-books qui vont vous permettre d’investir dans l’immobilier et de gagner de l’argent avec l’immobilier.

Alors, le premier e-book s’appelle « Connaître la banque mode d’emploi », et dans cet e-book, je vais vous expliquer quelle attitude vous devez adopter et quels arguments mettre en avant pour convaincre la banque de la viabilité de votre projet d’investissement locatif et pour la convaincre de vous financer.

Et puis le second e-book que j’ai rédigé, s’appelle « Doubler son salaire avec la location courte durée », et dans cet e-book, je vous explique comment grâce à la rentabilité explosive de la location saisonnière ou de la location courte durée, vous pouvez vous créer une rente ou un complément de revenu comme vous l’a expliqué Julien tout à l’heure en mode délégation totale, et comme je le fais également.

Alors, vous pouvez télécharger ces e-books en cliquant sur les deux vignettes qui sont apparues dans cette vidéo si vous vous trouvez dans un navigateur Internet ; et puis, si vous regardez cette vidéo à partir de YouTube ou à partir d’un appareil mobile, vous trouverez les liens de téléchargement dans la description juste en dessous de cette vidéo ou sur le « i » qui va apparaître en haut à droite de cette vidéo.

Voilà, écoutez ! C’est tout pour aujourd’hui.

Julien, je te remercie pour avoir partagé ton vécu au travers de cette vidéo. Et puis, comme d’habitude, on se dit à très vite pour une nouvelle vidéo sur http://louer-en-courte-duree.fr.

Ciao !

Julien : Ciao !


Des conseils sur l'immobilier !

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir de bons conseils immobiliers et le guide GRATUIT
" Doubler son salaire avec la location courte durée "

Leave A Reply

Doubler son salaire avec la location courte durée ?

x