Expulsé, il devient rentier immobilier

0

Dans cette interview, Romain Caillet, auteur du best seller « Adieu Patron », nous explique comment en 18 mois seulement il a pu devenir rentier.
Dans cette interview, Romain revient sur son histoire et nous explique comment il a pu devenir rentier après s’être fait expulser de son propre logement !

Si le parcours de Romain vous inspire, n’hésitez pas à partager cette vidéo !

Transcription

Sébastien : Bonjour à tous et bienvenue sur cette nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree.fr

Je suis ravi de vous accueillir et je suis surtout ravi d’accueillir Romain Caillet, l’auteur du best-seller « Adieu patron ».

Salut Romain !

Romain : Salut ! ça va ?

Sébastien : Ça va, merci.

Alors, j’ai souhaité interviewer Romain aujourd’hui pour qu’il nous explique un petit peu son parcours immobilier, ce qu’il a réussi à faire dans l’immobilier.

Puis, Romain, je pense qu’on va profiter de cette interview pour que tu nous présentes un petit peu ton bouquin, numéro 1 des ventes sur Amazon.

Romain : C’est ça.

Sébastien : Depuis sa sortie.

Romain : Exactement, il y a trois mois, en fin février 2017.

Sébastien : Ok. Donc, tu vas nous présenter ton livre et nous donner deux, trois clés pour aider les gens à démarrer dans l’immobilier.

Romain : Donc, comme tu as pu le dire, je suis l’auteur de « Adieu patron, Devenir rentier en 18 mois grâce à l’immobilier », qui s’est classé assez rapidement 1er sur Amazon et qui est maintenant disponible à la FNAC. C’est un livre qui se déroule en deux parties puisque j’ai un parcours assez atypique. J’ai connu l’immobilier par ma propre expulsion domiciliaire. Donc, dans un premier temps, j’ai découvert l’immobilier, j’ai fait pas mal d’erreur, j’ai investi petit à petit dans les box de garage, puis je me suis mis à investir dans des appartements. Et puis, il y a eu le moment merveilleux où j’ai découvert la location courte durée, donc c’est la raison pour laquelle je suis là aujourd’hui. Et ce moment précis, la location courte durée m’a permis en fait d’exploser littéralement, c’est-à-dire de multiplier mes revenus par 4 si je ne me trompe pas. Donc, ça fait passer un cap énorme ! Et c’est la location courte durée qui m’a permis vraiment de passer de statut d’investisseur classique qui pouvait commencer à augmenter ses revenus au statut tant envié de rentier.

Sébastien : Ok. Donc, tu considères aujourd’hui que c’est un bon vécu, un bon tremplin pour commencer à multiplier les opérations immobilières ? En tout cas, c’est ce qui t’a permis toi de multiplier tes investissements ?

Romain : Clairement. Il y a beaucoup de véhicules qui permettent de s’enrichir dans l’immobilier : les garages, la location meublée, la colocation, la location courte durée. Ce qu’il faut savoir, c’est que la location courte durée permet d’avoir des rentabilités en général qui sont, en tout cas pour ma part, trois fois supérieures à celles…

Sébastien : C’est ça, c’est ce que je constate aussi, oui.

Romain : À celles du meublé. Donc, ça m’a permis très rapidement de dépasser des revenus classiques, même de dépasser des revenus de cadre, ce qui n’aurait pas été le cas si j’avais pris le même nombre d’appartements et si je les avais mis en location meublée. Donc, ça a vraiment été le véhicule qui est encore utilisable aujourd’hui pour très rapidement avoir des revenus qui explosent.

Sébastien : D’accord. Alors, il y a beaucoup de personnes, Romain, qui me disent la location courte durée, il faut forcément être dans une ville touristique ou dans une grosse ville pour faire de la location courte durée. Qu’est-ce que toi, tu penses de ça ?

Romain : Alors, il n’est pas nécessaire d’être dans une très grosse ville type Lyon, Paris, Marseille, pour faire de la location courte durée. J’irai presque jusqu’à dire au contraire actuellement, puisque les villes comme Lyon, Paris et Marseille commencent à être, alors je n’irai pas jusqu’à dire saturées, mais en tout cas, mûres.

Sébastien : Concurrentielles.

Romain : Voilà. De nombreuses personnes ont compris que la location courte durée permet de gagner plus d’argent que la location meublée. Donc, de nombreuses personnes s’y mettent. Mais dans les villes de moins de 200000 habitants, même des fois des villes de moins de 50000 habitants, je connais un investisseur qui a investi en Ardèche, il est assez connu, il s’appelle Aurélien, il se met à la location courte durée dans de tous petits villages. Mais il est pionnier. C’est un des premiers à se mettre à la location courte durée. Donc, de fait, il a très peu de concurrence, il peut avoir des rentabilités importantes et des calendriers qui sont pleins régulièrement. Après, il faut faire attention. Il est évident qu’il ne faut pas aller investir dans une ville où l’hiver, il ne se passe absolument rien, où vous n’avez pas au moins quelques personnes qui vont y travailler, donc qui ont besoin d’avoir des appartements de courte durée. Il faut qu’il y ait un fond en hiver, sinon vous allez peut-être avoir une saison haute, mais une saison basse qui sera particulièrement basse. Et là, les revenus vont être très faibles et ce n’est peut-être pas à faire.

Sébastien : Voilà. Donc, il y a une étude de marché à réaliser. Je rebondis sur ce que tu disais. C’est vrai que dans de grosses villes, la concurrence est de plus en plus rude. Donc, les gens qui ont réussi à se positionner dès le début, ils sont déjà bien référencés, ils ont déjà une « notoriété » sur les plateformes les plus connues. L’avantage d’aller peut-être dans une petite ville, en ayant bien entendu fait d’abord l’étude de marché, c’est aussi d’arriver sur un marché peu concurrentiel mais également des villes où la législation va être moins dure. Parce que sur les villes de plus de 200000 habitants, on peut vous demander des surfaces de compensation, on peut vous demander des changements d’usage qu’on ne vous demandera pas sur ces petites villes-là. Donc, c’est peut-être quelque chose à exploiter.

Romain : À creuser.

Sébastien : Ok. Autre chose, Romain, pour aider les gens qui souhaitent se lancer dans l’immobilier, qui n’ont pas forcément de gros moyens ou une grosse capacité d’emprunt, quelque chose que toi, tu as pu faire également ?

Romain : Alors, ce qui est important, c’est de comprendre que dans l’immobilier, le secret, c’est le crédit. Il faut être clair. C’est avec le crédit qu’on s’enrichit quand on fait de l’immobilier, donc il faut trouver un moyen pour pouvoir accéder au crédit. Et moi, ce que je dis souvent, je le développe dans le livre avec un chapitre qui y est consacré, c’est qu’il faut se mettre à la place du banquier. Concrètement, si vous allez voir un ami, vous lui demandez 100000 €, il y a très peu de chance qu’il vous donne ces 100 000 € là, il va prendre un risque très important. Le banquier aussi va prendre un risque. Donc, il faut lui donner toutes les garanties qu’il va pouvoir être remboursé. Pour ça, il faut avoir des finances personnelles qui sont saines. Donc, il y a différentes étapes, on va dire, à valider, le fait de pouvoir économiser de l’argent, même si ce n’est que 10% de son salaire, de préférence être en CDI. Voilà, différentes étapes qu’il faut absolument valider pour pouvoir obtenir le crédit. Donc, c’est se préparer en fait, bien avant de commencer à acheter un bien immobilier. Il y a beaucoup de personnes qui signent un compromis et qui, au moment de trouver les finances, se rendent compte qu’elles ne sont pas prêtes. Par exemple, elles ont encore des crédits à la consommation qui apparaissent sur leur relevé bancaire. Et si vous avez un crédit consommation qui apparaît sur votre relevé bancaire, il y a 90% de chance que vous n’obtiendrez pas votre crédit. Donc ça, il faut le prendre en compte et il faut se préparer avant.

Sébastien : En fait, ce que tu dis, Romain, c’est que finalement, la recherche du bien démarre par la préparation des comptes bancaires ?

Romain : Exactement.

Sébastien : Parce que si vous commencez à chercher le bien aujourd’hui, que vous le trouvez demain, pourquoi pas ? C’est des choses qui peuvent arriver. Il va falloir aller chercher le financement après demain, sauf que les comptes bancaires clairement, ils peuvent être finalement mauvais. Donc, il faut commencer à préparer les comptes bancaires en amont ?

Romain : Exactement.

Sébastien : Donc, éviter les découverts, essayer de solder les crédits la consommation, c’est le genre de chose qu’on peut faire.

Romain : Choisir les bonnes banques aussi. Il y a des banques qui sont à éviter, il y a des banques qui sont vraiment propices aux investisseurs. Alors, je ne vais pas citer de banques, vous savez qu’on ne peut pas vraiment faire ça. Mais je le décris dans le bouquin, il y a des banques qui sont vraiment conçues pour les investisseurs et d’autres qui sont absolument à fuir. Moi, je ne savais pas par exemple, au début quand j’ai commencé, j’étais dans une banque que tout investisseur devrait absolument éviter. Et du coup, j’ai failli louper un investissement et ça aurait pu me bloquer totalement dans ma carrière de rentier si on veut. Ça aurait pu me bloquer et je n’y serais peut-être jamais arrivé. Donc, si ça se trouve, vous êtes dans cette banque, et vous ne savez pas, et vous allez investir demain et à partir de demain, vous risquez d’être bloqué parce que vous n’avez pas ces savoirs-là nécessaires.

Sébastien : En tout cas, il ne faut pas s’arrêter à un refus, hein ?

Romain : Non, il ne faut pas.

Sébastien : Moi, je prends des refus, j’imagine que tu en as pris aussi.

Romain : C’est arrivé.

Sébastien : Donc, si la première banque dit non, il faut aller voir la seconde, si elle dit non, il faut aller voir la troisième et peut-être que la quatrième, la cinquième, la sixième, la dixième ou la quinzième dira oui, donc il ne faut surtout pas perdre espoir tant que la date limite n’est pas passée.

Romain : Oui. Il ne faut pas perdre espoir mais il va falloir préparer le dossier correctement parce que s’accrocher sur quelque chose qui ne mène à rien, ce n’est pas nécessaire.

Sébastien : Ok.

Romain : C’est important à prendre en compte.

Sébastien : D’accord.

Romain : Alors, je ne sais pas s’il y a des questions des fois qui reviennent, soit dans les emails que tu reçois, sur ton blog, ou je ne sais pas, des choses qui reviennent régulièrement auxquelles tu aimerais que je réponde.

Sébastien : Oui. Il y a beaucoup de personnes qui n’ont pas forcément de gros budgets qui posent la question du parking. Toi, tu as fait pas mal de parking. Est-ce que tu peux en dire deux mots ?

Romain : Ah moi, j’ai commencé par les parkings.

Sébastien : En plus.

Romain : Quand j’ai commencé, ce que je disais brièvement, donc il y a eu environ quatre années où j’ai investi petit à petit. Un petit parking par-ci, un petit parking par-là. Et après cette période, je me suis un petit peu emballé, j’ai compris un petit peu les règles de l’immobilier, comment faire pour emprunter et s’enrichir, là j’ai accéléré, je suis passé à la location courte durée. Mais dans un premier temps, j’ai acheté un parking à Marseille. En l’occurrence, c’était un box fermé, ce qui est bien avec les box concrètement si vous avez des rentabilités qui sont proches de 10 – 12%. Nous avons aussi l’avantage que c’est très peu cher. Le premier box que j’ai acheté coûtait 10000 €. Il est assez aisé dans, je dirai, je ne sais pas, 70% des villes françaises, de trouver des box à un prix qui est autour de 10000€. Donc, c’est une bonne porte d’entrée pour pouvoir commencer à encaisser ses premiers loyers et vivre cette sensation que j’appelle sensation fondatrice d’encaisser de l’argent sans travail. En tout cas, c’est un travail direct, c’est-à-dire une fois que vous avez choisi votre locataire et mis en place votre système, l’argent rentre. Donc ça, c’est vraiment, les box de garage permettent ça, d’investir rapidement et facilement, et puis cette sensation-là.

Sébastien : Et à moindre coût et sans trop de gros risque.

Romain : Oui. Ça aussi, c’est important à prendre en compte. Les montants qui sont mis en jeu sont très faibles. Et si jamais vous devez avoir plusieurs parkings, vous allez diviser le risque. Vous avez trois parkings, vous avez peu de chance que vos trois locataires s’arrêtent de payer simultanément. Donc ça, c’est aussi à prendre en compte pour des personnes qui seraient soit frileuses ou qui auraient effectivement peu de moyens, peu de capacité d’emprunt. Vous pouvez peut-être trouver trois box à 30000€, emprunter l’argent et vous lancer. Alors qu’un appartement à 30000€, c’est assez difficile.

Sébastien : J’ai trouvé.

Romain : Tu as trouvé ?

Sébastien : À Tarbes.

Romain : Ah, à Tarbes.

Sébastien : 32500€.

Romain : Comment elle s’appelle la vidéo où tu l’as trouvé ?

Sébastien : Tu regarderas sur ma chaîne YouTube, il y a la vidéo. Evidemment, ces affaires-là, tu ne vas peut-être pas les trouver à Marseille, à Toulouse, à Lyon, à Bordeaux. Mais dans les villes un petit peu plus petites, encore une fois, on peut trouver de bonnes affaires immobilières, oui.

Romain : Oui, exactement.

Sébastien : Ok. Romain, je te remercie d’être passé sur cette chaîne. Donc, je rappelle ton livre « Adieu Patron » ; je pense que ça veut bien dire ce que ça veut dire.

Romain : Ça veut dire effectivement ne plus revoir votre patron. Devenir rentier en 18 mois grâce à l’immobilier. Et ce qui est très important parce que j’ai eu beaucoup de mails, et ça, je tiens à insister là-dessus, le livre est maintenant disponible à la Fnac. Beaucoup de personnes ne voulaient pas passer notamment par Amazon, tout ça. Bah voilà, il y a la Fnac, vous pouvez y aller si ça vous intéresse, en savoir plus, le commander, vous le procurer.

Sébastien : Parfait, bah écoute, merci Romain, merci d’être passé sur cette chaîne.

Romain : Écoute, merci à toi de m’avoir accueilli.

Sébastien : Donc, si vous souhaitez en savoir plus sur l’immobilier et la location courte durée, si vous voulez regarder d’autres vidéos d’experts comme Romain qui passeront sur cette chaîne, n’hésitez pas à vous abonner tout simplement à cette chaîne YouTube. C’est totalement gratuit.

Et puis, je vous rappelle que vous pouvez également télécharger gratuitement les deux e-books que j’ai rédigés : « Doubler son salaire avec la location courte durée » dans lequel je vous explique justement pourquoi la location courte durée va vous permettre de vous dégager une rente immédiatement, sans attendre 20 ans, la fin de votre crédit immobilier.

Romain, c’est ce que tu as fait il y a quelques temps déjà, en 18 mois, voilà.

Et puis, vous pouvez également télécharger mon second e-book encore une fois totalement gratuitement. Il s’appelle « Convaincre la banque, mode d’emploi » dans lequel je vous explique comment présenter votre dossier d’investissement locatif à votre banquier pour le convaincre de vous financer.

Vous y retrouverez quelques éléments que Romain a pu présenter aujourd’hui dans cette vidéo.

Alors, si vous souhaitez télécharger ces deux e-books, cliquez simplement sur le « i » qui va apparaître en haut à droite de cette fenêtre. Sinon, je vous remets le lien de téléchargement dans la description qui va se trouver juste en dessous de cette vidéo.

Bah écoutez, on vous remercie d’avoir suivi cette vidéo. Puis, on se dit à très bientôt pour une nouvelle vidéo.

Sébastien : À bientôt ! Bye bye !

Romain : À bientôt ! Au revoir.

Sébastien : Ciao !


Des conseils sur l'immobilier !

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir de bons conseils immobiliers et le guide GRATUIT
" Convaincre la banque : Mode d'emploi "

Recherches utilisées pour trouver cet article :rentier location saisonniere

Leave A Reply

Doubler son salaire avec la location courte durée ?

x