Comment gérer sa location courte durée à distance ?

6

Il existe plusieurs freins qui empêchent de nombreux investisseurs de se lancer dans la location courte durée : la distance, le temps de gestion et la délégation.
Dans cette vidéo, Florent nous explique que cela est possible.
Il habite Bordeaux et exploite en location courte durée des appartements situés en région parisienne et à Marseille.

Après avoir visionné cette interview, la distance et la délégation ne devraient plus constituer un frein.
Si c’est encore le cas, n’hésitez pas à m’indiquer pourquoi dans les commentaires ci-dessous.

Transcription

Sébastien : Bonjour et bienvenue sur cette nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree. Je suis ravi de vous retrouver, et aujourd’hui je me trouve en présence de Florent.

Salut Florent !

Florent : Salut Sébastien ! Bonjour !

Alors, Florent, il fait de location courte durée à distance et il va nous expliquer comment est-ce qu’il arrive à gérer son prestataire de services, comment il l’a trouvé parce que je sais que le problème de la délégation, c’est un gros frein pour beaucoup de personnes qui souhaitent se lancer dans cette activité. Donc, Florent va nous expliquer tout ça aujourd’hui et c’est tout de suite !

Alors, Florent, merci de passer sur cette chaîne, je suis ravi de t’accueillir. Est-ce que tu peux nous expliquer qui tu es, ce que tu fais et puis surtout, où tu habites et où sont tes investissements.

Florent : D’accord ! Alors, moi ce que je fais dans la vie, j’ai une société qui développe des applications mobiles. Donc, aujourd’hui, je fais ça maintenant depuis presque deux ans. Et donc, en parallèle, je me suis formé sur l’immobilier en un mot et puis, après, j’ai décidé de me lancer, d’investir. Donc, j’ai une stratégie qui va à l’encontre de ce que certains disent ou des fois, on dit d’investir là où on connaît. Moi, j’ai été un peu à contre-courant et j’ai décidé d’investir à distance pour une raison, c’est que j’habite proche de Paris et je n’arrivais pas à trouver, on va dire, des biens qui m’intéressaient.

Sébastien : Ceci dit, tu as été chercher le prix au m2 pas cher, ou tu voulais chercher de la bonne rentabilité.

Florent : Voilà ! C’est exactement ça.

Sébastien : Tu n’as pas pris non plus n’importe quoi.

Florent : Voilà ! Mais c’était ma démarche.

Sébastien : Elle est bonne.

Florent : Alors, notamment, j’ai ciblé plusieurs villes. J’habitais en région parisienne. Maintenant, j’habite à Bordeaux et j’investis à Marseille. Donc, à Marseille aujourd’hui, j’ai cinq biens et donc, deux en région parisienne également que je mets en location saisonnière. Et donc, l’un des challenges comme tu l’as indiqué, c’était de déléguer parce que des fois, ce qui arrête, moi je sais un peu les personnes, c’est notamment le fait de faire de la location saisonnière, ça demande quand même un peu de travail. Et donc, moi, le but, ce n’était pas de créer un nouveau travail, c’était vraiment de bénéficier de la rentabilité qu’importe le lieumais en délégation.

Sébastien : Alors, c’est vrai que moi pour l’avoir fait, au tout début, j’ai démarré, je faisais les entrées, les sorties, les ménages, le linge. Enfin, comme tu l’as dit, je m’étais créé un deuxième travail. Et le but, c’est justement de passer à autre chose pour se dégager du temps. Donc, dis-nous comment tu as trouvé ta société de conciergerie et qu’est-ce qu’elle te propose en termes de services ?

Florent : Donc, ma société de conciergerie, en fait, j’ai d’abord regardé les gros du secteur. On ne m’a pas incité mais ce qui en est ressorti, c’est qu’au final, quand on calcule ce qu’ils prennent pour la gestion de l’annonce plus les frais de ménage, on arrive rapidement entre 30 et 40 % du chiffre d’affaire. Ce qui fait que dans la plupart des cas, au final, la location saisonnière, ce n’est plus intéressant que la location normale. Et à Paris, j’avais un petit groupe d’investisseurs, j’ai vu certains qui faisaient déjà de la location saisonnière et justement, on a échangé ensemble, et par le bouche-à-oreille, c’est comme ça que j’ai trouvé mes conciergeries, alors que ce soit sur Paris et également sur Marseille.

Sébastien : C’est la même société ou tu en as une à Paris ?

Florent : Ah non…

Sébastien : C’est deux sociétés différentes ?

Florent : Deux sociétés différentes. Alors, elles sont plutôt récentes, elles ont été créées fin 2016 ou début 2017.

Sébastien : D’accord. Alors ça, je trouve ça bien.

Je veux juste ouvrir une parenthèse parce qu’on voit qu’il y a tout un pan d’économie qui se crée autour de cette activité. On va voir les Channel Manager, les sociétés de conciergeries, je vois que les tiennes se sont créées tout récemment. Tout ça, moi je trouve que c’est bien parce que ça crée de l’emploi, ça crée de l’activité, c’est bon pour l’économie. Je voulais vraiment ouvrir cette parenthèse pour le dire parce que voilà, il y a les médias, il y a la presse qui crache souvent sur la location courte durée. Il y a quand même des sociétés, des entrepreneurs qui se lancent avec cette activité et qui font vivre des salariés. Donc, ça méritait quand même d’être dit dans cette vidéo. Je ferme juste la parenthèse.

Donc, qu’est-ce que te font ces deux sociétés de services ?

Florent : Alors, ces sociétés de services, elles me proposent l’entrée (check-in), la sortie (check-out), le ménage, les draps. En fait, tout…

Sébastien : Tout ce qui est sur le terrain.

Florent : Voilà. Tout ce qui est sur le terrain.

Sébastien : D’accord. Et donc toi, tu gardes en amont, juste pour l’instant, parce qu’on discutait de ce que tu voulais faire ensuite, la gestion des annonces, le contact client, débiter la carte bancaire du client s’il y a besoin de le faire, mais tout ce qui est sur le terrain, tu délègues. Alors, comment ça se passe ? Comment tu communiques avec cette société ou ces sociétés de services parce que tu as quand même sept biens ? Pour dire telle date, c’est tel client, à telle heure, c’est son numéro de téléphone, comment est-ce que tu communiques ?

Florent : Alors, ce qui est intéressant sur certains sites comme sur Airbnb, c’est de mettre une personne en co-hôte.

Sébastien : Oui.

Florent : Donc déjà, même le côté du social, on va dire, ça a déjà évolué un petit peu ce qu’on fait aujourd’hui. Et d’ailleurs, t’as fermé la parenthèse un petit peu rapidement…

Sébastien : Ah, je la ré-ouvre

Florent : Au niveau du Channel Manager, ça permet aussi d’avoir une gestion de tous ses biens sur différentes plateformes.

Sébastien : Oui. D’envoyer du mail en automatique pour informer le prestataire qu’il y a une réservation.

Florent : C’est exactement ça. Ça permet quand même de pas mal automatiser et de ne pas être constamment sur son ordinateur, à répondre, à envoyer des mails, à remplir un calendrier pour tenir informés ses prestataires. On lui envoie un lien de calendrier.

Sébastien : Même sur certains channel managers…Tu es sur quel channel manager ?

Florent : Beds24.

Sébastien : Beds24, d’accord. Je ne sais pas, tu vas nous le dire. Mais sur certains channel managers, on peut même ouvrir un compte spécial « concierge », de façon à ce que le concierge ait une visibilité globale sur l’ensemble des activités de tes appartements. Moi je suis sur BookingSync, c’est quelque chose qu’on peut faire.

Florent : Alors, je t’avouerai que là-dessus, je n’ai peut-être pas encore suffisamment fouillé le channel manager pour voir si c’est possible ou pas. Moi, ce que je fais un peu pour l’instant, c’est que notamment, au niveau du calendrier, je mets un maximum de macros dedans pour que le prestataire, il ait déjà le numéro de téléphone, le nom, le nombre de nuitée, combien de personnes ils sont. J’ai vraiment intégré tout ça déjà pour que la personne, limite, aujourd’hui, elle a juste besoin du calendrier. Elle a toutes ces informations, elle a le mail de contact.

Sébastien : Sur chacune des réservations, il faut mettre les nom, prénom du client, l’email, téléphone. Et donc, il y a certain channel managers qui proposent une case note dans laquelle tu peux mettre quelques informations.

Florent : C’est ça, oui.

Sébastien : Si un train arrive à 20h45, il sera là à 21h15 ou voilà, des éléments comme ça. Est-ce que c’est difficile cette gestion à distance ?

Florent : Non. Non, non. Moi, je dirai que j’en suis plutôt, je suis très satisfait. Je pensais même que ça allait moins bien marcher que ça. Donc, c’est vraiment une belle surprise. Donc, comme tu dis tout à l’heure, tu peux passer à l’étape supérieure.

Sébastien : Alors, quelle est cette étape supérieure ?

Florent : Cette étape supérieure, comme je l’ai dit au début, je développe des applications mobiles. Et ce qui me dérange un petit peu aujourd’hui, c’est notamment, ceux qui connaissent, qui passent par Booking ou Stripe, pour gérer les paiements.

Sébastien : Oui.

Florent : Et ce qui était un petit peu embêtant pour ma part, c’est de récupérer les numéros de carte bancaire, d’aller les copier sur Booking pour débiter les cartes pour faire les cautions. Et moi, ce que j’aimerais faire en fait, c’est vraiment une application qui regroupe tout ça et qui permet de le faire en automatique mais qui irait plus loin également. Par exemple, pour l’appartement lui-même, qui permettrait de générer un bail automatique parce que sur Booking, ce n’est pas proposé contrairement à Airbnb où c’est inclus dans le packaging. Pour également, par exemple, avoir un récapitulatif de ses revenus pour le côté…

Sébastien : Aux clients ?

Florent : Voilà. Et également générer les factures pour les clients qui demandent des factures. Et vraiment, on a une interface, en fait, tu vas avoir une interface bailleur, et de l’autre côté avoir une interface plus conciergerie ou prestataire où on met également toutes ses informations. C’est vraiment pour, en fait, simplifier tout le processus et finir… Pour moi, j’ai l’impression qu’il manque ce petit truc…

Sébastien : Alors, il y a certains channel managers qui te permettent d’envoyer une facture en automatique, voire un contrat de bail automatique, et pour le peu que j’en sais, ce n’est pas encore très… ce n’est pas parfait. Ce n’est pas parfait. Donc oui, j’imagine le travail auquel tu es en train de réfléchir pour aller encore plus loin. Donc, c’est la raison pour laquelle aussi que je souhaitais que tu nous parles de ton activité parce qu’on a échangé de tout ça un petit peu hier soir, donc on va rester connectés parce que c’est des choses qui pourraient m’intéresser, mais également intéresser les personnes qui sont en train de nous regarder aujourd’hui. Donc voilà, toi, tu souhaites automatiser tout à 100 %, y compris la partie amont où tu vas avoir à gérer les annonces, les contacts clients même si tu as commencé un peu à le faire avec tout l’emailing qui va en automatique.

Florent : Voilà, c’est ça.

Sébastien : Et tu souhaiterais ne plus avoir à checker tout ça. Déléguer…

Florent : C’est vraiment automatiser. Au début, j’étais parti dans un concept de dire automatise un peu et délègue le reste ; et maintenant, je suis vraiment dans dire, parce que déléguer, c’est bien mais ça coûte quand même de l’argent, et aujourd’hui, c’est vraiment automatiser le maximum et s’il faut, s’il y a des petits trucs où des fois, ce n’est vraiment pas possible de déléguer, là on fera un petit peu de délégation.

Sébastien : Alors, juste parce qu’on me pose également souvent la question, combien prend ton prestataire de services ? Moi, ce que j’ai envie de te dire, ça va dépendre des villes, ça va dépendre de ce qu’il fait, est-ce que tu peux nous dire, en région parisienne et à Marseille, combien te prennent les prestataires de service, puis, si tu en es satisfait, donner simplement les noms ?

Florent : Oui. Bien sûr.

Sébastien : Parce qu’il y a peut-être des gens qui sont intéressés et qui auront envie de les contacter.

Florent : Bien sûr. Alors, sur Paris, c’est la société Green Home Away. C’est Guy Jean François qui s’en occupe, donc si jamais, vous voulez les contacter.

Sébastien : On mettra toutes ces informations dans la description de la vidéo.

Florent : Voilà. N’hésitez pas. Puis, en termes de tarif, il est à 29,90 € pour le check-in/check-out et le ménage et tout ce qu’inclut le ménage.

Sébastien : Et le linge, tu me disais ?

Florent : Voilà, et le linge également. Moi, après ce qu’on a discuté un peu rapidement, ils proposent des petits upsell, des packs déjeuner, des packs voiture.

Sébastien : Alors, ça aussi, ce qu’on a dit, attention à ce que vous prenez parce qu’en fonction de ce que vous allez proposer à vos clients, potentiellement, vous allez passer un certain nombre de services et boum, ça va vous obliger à être assujettis à la TVA. Donc, faites bien attention à comment est-ce que vous proposez ces services à vos clients. Donc, soit c’est de l’Upsell, auquel cas attention à la TVA, soit c’est incluset là, on peut s’affranchir de ce problème-là.

Florent : Voilà. C’est exactement ça. Et donc, à Marseille, c’est la société Conciergerie Talu.

Sébastien : D’accord.

Florent : C’est une petite conciergerie qui vient de se lancer, pareil, en début d’année. Et elle, elle me prend 35 € pour le même services.

Sébastien : Donc un peu plus cher ?

Florent : Un poil plus cher et puis là, ils sont en train de changer un petit peu leur business model ou qu’ils passeraient à 350 €, ce serait un forfait mensuel et qui donne droit à un certain nombre de 1 à 15 check-in/check-out par mois.

Sébastien : Ça, c’est intéressant parce que 350, par rapport au tarif que tu as annoncé, ça fait 10 rotations, mais quitte à payer ça, ça te permet de descendre ton séjour minimum à la nuitée. Pour toi, ça ne change absolument rien parce que de toute façon, ce n’est absolument pas toi qui as les contraintes et ça te permet, lorsque tu vas avoir des dispos de deux nuits entre deux réservations de pouvoir louer à la nuit pour optimiser tout en gardant le même forfait avec le prestataire de service. Donc ça, c’est pas mal.

Florent : C’est exactement ça. Je suis parti sur une nuit des deux côtés dès le début. Au final, j’ai moins de 15 rotations par mois. Donc, je peux avoir le même forfait.

Sébastien : C’est bien, parce que ça, c’est une question qu’on me pose aussi souvent, quelle est la durée minimum de séjour ? Donc moi, j’étais parti à trois nuits minimum quand j’ai démarré la location courte durée. Après, il m’arrivait d’avoir deux nuits de trous entre deux réservations, donc je perdais du chiffre d’affaire, je perdais de la réservation. Voilà, je suis passé à une nuit lorsque je gérais tout seul, mais c’était devenu trop chronophage, donc je suis passé à deux nuits. Et puis, maintenant que je gère tout en délégation, je suis passé à une nuit parce que les contraintes, encore une fois, ce n’est pas moi qui les ai, c’est le prestataire de service. Et ça permet d’optimiser le remplissage des calendriers. Écoute, merci Florent d’être passé ici sur cette chaîne.

Florent : Merci à toi.

Sébastien : Bon témoignage pour les personnes qui se posent des questions sur la possibilité d’effectuer la location courte durée à distance. C’est possible. Florent habite Bordeaux, il a des appartements en Région parisienne et à…

Florent : À Marseille.

Sébastien : À Marseille. Donc, il n’y pas de quoi le refroidir. Bon, écoute, merci beaucoup.

Donc, si vous souhaitez en savoir plus sur l’immobilier et la location courte durée, n’hésitez pas à vous abonner à cette chaîne. Je fais régulièrement passer des personnes qui viennent témoigner de leur activité de location courte durée. Vous pouvez vous abonner gratuitement et librement à cette chaîne, c’est totalement gratuit. N’hésitez pas à le faire, n’hésitez pas non plus à mettre un like si vous avez apprécié ce témoignage.

Puis, je vous propose de télécharger gratuitement les deux e-books que j’ai rédigés : « Convaincre la banque, Mode d’emploi » où je vous explique comment apporter votre dossier d’investissement locatif à votre banquier pour lui faire dire « Oui, je vais vous financer ! » Et le second e-book « Doubler son salaire avec la location courte durée » où je vous explique comment vous allez pouvoir vous créer une rente immédiatement sans attendre 20 ans à la fin de votre crédit immobilier grâce à ce mode d’exploitation.

C’est pour ça, j’imagine, que tu as fait ce choix de location.

Florent : Tout à fait.

Sébastien : Il ne faut pas se le cacher non plus.

Donc, pour télécharger ces deux e-books, cliquez simplement sur le « i » qui va apparaître en haut à droite de cette vidéo. Sinon, je vous mets les liens de téléchargement dans la description juste en dessous de cette vidéo, voilà.

Écoutez, c’est tout pour aujourd’hui. On se dit à très, très vite pour une nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree.

À très bientôt !

Florent : À bientôt.

Sébastien : Ciao !

Florent : Au revoir.


Des conseils sur l'immobilier !

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir de bons conseils immobiliers et le guide GRATUIT
" Doubler son salaire avec la location courte durée "

Recherches utilisées pour trouver cet article :FORMATION BEDS24

6 commentaires

  1. Mais en payant environ 30€ par service, il est encore possible de dégager un cashflow positif ???

Leave A Reply

Doubler son salaire avec la location courte durée ?

x