Comment trouver le bon expert comptable ?

L’expert comptable est l’un des partenaires indispensables pour l’investissement immobilier.
C’est sur lui que repose le choix du bon régime fiscal.
A la clef : plusieurs milliers d’économies d’impôt.
Autant dire qu’il (ou elle) doit être une personne de confiance.
Dans cette vidéo, je vous explique comment trouver LE bon expert comptable.

Indiquez moi dans les commentaires ci-dessous si vous avez trouver le bon expert comptables pour vos investissements immobiliers.

Transcription

Bonjour à tous ! Ici Sébastien, auteur du blog louer-en-courte-duree.fr

Je suis ravi de vous accueillir dans cette nouvelle vidéo dans laquelle on va voir ensemble comment choisir le bon expert-comptable qui va s’occuper de vos investissements immobiliers.

Allez, c’est parti ! Ça se passe tout de suite sur Louer en courte durée.

Alors, j’ai souhaité faire cette vidéo parce que je reçois énormément de messages de personnes qui me demandent comment choisir le bon expert-comptable qui va s’occuper de leur activité de location courte durée, ou même au sens large de leur activité immobilière. Et je comprends tout à fait ces interrogations parce que choisir un bon expert-comptable, c’est quelque chose de primordial, c’est quelque chose de déterminant puisque cet expert-comptable va faire partie de votre équipe et c’est lui qui va être en charge d’optimiser votre fiscalité, d’optimiser vos bilans comptables. Alors, comment est-ce qu’on choisit un expert-comptable ? Je vais vous l’expliquer dans la suite de cette vidéo.

Mais avant, je voulais revenir sur des réflexions que je me faisais étant jeune, lorsque j’étais encore scolarisé. Je me disais qu’une fois qu’on était dans la vie active, on avait affaire qu’à des professionnels. C’est-à-dire que l’électricien était forcément un électricien compétent, le boulanger est forcément un boulanger compétent, l’ingénieur était forcément un ingénieur compétent, et bien entendu, un expert-comptable devait également lui être un expert-comptable compétent.

Mais en fait, la réalité, ce n’est pas du tout cela. À l’école, il y a les bons et les mauvais élèves, c’est exactement la même chose dans la vie active : il y a les bons éléments, quelle que soit la profession, il y a également les mauvais éléments.

Alors, comment est-ce qu’on choisit son expert-comptable ? Et bien, tout simplement en posant des questions à la personne que vous allez consulter pour s’assurer de ses compétences sur le domaine justement pour lequel vous allez la consulter. Alors, en l’occurrence, l’immobilier puisque vous êtes sur une chaîne YouTube qui parle d’immobilier. Mais si vous êtes dans d’autres thématiques, la restauration par exemple, allez voir des experts-comptables qui sont spécialisés dans la restauration.

Et surtout, encore une fois, n’hésitez pas à poser des questions à la personne que vous allez avoir en face pour savoir si elle est compétente dans le domaine pour lequel vous la consultez, en l’occurrence ici l’immobilier, voire la location courte durée.

Et je vais illustrer cela avec trois exemples de personnes qui m’ont écrit, qui se sont retrouvées face à des experts-comptables qui, malheureusement, ne maîtrisaient pas la fiscalité de l’immobilier.

Alors, le premier exemple que je vais vous donner, c’est celui de Kader. Kader fait de la location courte durée. Il a quelques appartements à son actif. Donc, tous ses investissements, il les a faits en nom propre, ce qui fait qu’il est loueur meublé non professionnel. Et donc, Kader, avec son activité de location courte durée, dégage plus de 23000 € de chiffres d’affaire.

Donc, voilà ce que lui a dit son expert-comptable : « écoutez, maintenant que vous dépassez 23000 € de chiffres d’affaire, vous êtes obligé de prendre le statut de LMP », c’est-à-dire loueur meublé professionnel.

Mais ce qu’il faut savoir, c’est que pour avoir ce statut de LMP, loueur meublé professionnel, il faut réunir trois conditions :

  • La première de ces conditions, c’est de faire plus de 23000 € de chiffres d’affaire. Donc ça, c’est le cas de Kader.
  • La seconde condition, c’est d’avoir des revenus locatifs qui dépassent les revenus de l’activité salariale. Alors ça, ce n’est pas le cas de tout le monde, mais en tout cas, c’est le cas de Kader.
  • Mais surtout, la troisième condition, c’est d’être inscrit au RCS, c’est-à-dire au Registre du Commerce et des Sociétés ; et cette troisième condition, elle est facultative. C’est libre à chacun de s’inscrire, oui ou non, au Registre du Commerce et des Sociétés.

Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que vous pouvez par exemple toucher le SMIC, réaliser 300000 € de revenus locatifs par an et rester loueur meublé non professionnel. Voilà la troisième condition qu’avait oublié cet expert-comptable.

Alors, maintenant, je vais vous donner un deuxième exemple, l’exemple de Damien qui, lui, fait de la location meublée « normale », c’est-à-dire qu’il ne fait pas de location courte durée. Et Damien m’a écrit il y a quelques jours en disant : « Voilà Sébastien, moi, je réalise plus de 23000 € de loyer, plus de 23000 € de chiffres d’affaire, mais en location meublée normale. Et mon expert-comptable me dit que je vais être assujetti aux cotisations sociales, donc au RSI » ; puisque depuis le 1erjanvier 2017, si vous faites de la location courte durée avec un chiffre d’affaire supérieur à 23000 €, vous êtes assujetti aux cotisations sociales. Mais ce qui n’est absolument pas le cas de Damien. Damien ne fait pas de la location courte durée, il fait juste de la location meublée standard.

Et donc, en ce sens, Damien n’est pas assujetti aux cotisations sociales, il est assujetti aux prélèvements sociaux. Et voilà où s’est trompé cet expert-comptable. La barrière des 23000 € ne concernent pas Damien pour son activité immobilière.

Et le troisième exemple que je vais vous donner, mais ça, je vous en ai déjà parlé dans des vidéos précédentes, c’est lorsque j’ai décidé, lorsque j’ai démarré les immobiliers et la location courte durée, de prendre un expert-comptable.

Donc, lors du premier rendez-vous, la personne que j’avais en face m’avait expliqué que de par mon activité, j’allais être assujetti à la taxe d’habitation pour les appartements que je proposais à la location courte durée, ce qui n’est absolument pas le cas. Lorsque vous faites de la location courte durée, vous ne payez pas la taxe d’habitation. Mais en contrepartie de quoi, bien entendu, vous payez la CFE, c’est-à-dire la Cotisation Foncière des Entreprises. Mais cet expert-comptable s’était lui aussi trompé.

Donc, comme je vous le disais au début de cette vidéo, surtout n’hésitez pas à poser des questions à votre expert-comptable pour savoir s’il a du répondant, pour savoir s’il maîtrise un petit peu la fiscalité de l’immobilier, de la location meublée, voire de la location courte durée.

Parlez-lui de prélèvements sociaux, parlez-lui de cotisations sociales, parlez-lui de micro-BIC 50 %, de micro-BIC 71 %, parlez-lui de régime réel, demandez-lui dans quel cas s’appliquent, oui ou non, les cotisations sociales, parlez-lui de la barrière des 23000 €, parlez-lui également des taxes d’habitation pour savoir s’il maîtrise bien cette fiscalité et s’il ne va pas vous embarquer dans de la fiscalité qui n’a rien à voir avec votre activité. Et ça, c’est très très important.

Je pense également à autre chose. Demandez-lui si le fait de faire classer ces logements, si vous faites de la location courte durée, donc classer au sens une étoile, deux étoiles, trois étoiles…, peut avoir une incidence sur la fiscalité ; et si oui, dans quel cas.

Voilà donc quelques questions que vous pouvez poser à votre expert-comptable pour vous assurer qu’il va être compétent pour vous accompagner dans votre activité immobilière puisque, je le répète, cet expert-comptable, ça va être un partenaire de votre activité. Voilà donc, surtout n’hésitez pas à lui poser ces questions de façon à savoir à qui vous allez avoir affaire.

Alors, j’espère que cette vidéo vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à la liker, n’hésitez pas non plus à la partager.

Et puis, je vous mets à disposition une formation sur la fiscalité du loueur meublé non professionnel en location courte durée. N’hésitez pas à visionner cette vidéo, je passe en revue pendant 45 minutes environ la fiscalité du loueur meublé non professionnel en location courte durée. Ça vous permettra d’avoir des billes, d’avoir des éléments pour choisir ensuite votre expert-comptable.

Donc, si vous souhaitez visionner cette formation, c’est très simple : vous cliquez sur le « i » qui apparaît en haut à droite de cette fenêtre. Et puis, si vous regardez cette vidéo à partir de YouTube, vous avez le lien d’accès à cette formation dans la description qui se trouve juste en dessous de cette vidéo.

Et puis, si vous souhaitez en savoir plus également sur l’immobilier et la location courte durée, je vous invite à télécharger les deux e-books que j’ai rédigés : « Convaincre la banque, mode d’emploi » et « Doubler son salaire avec la location courte durée ».

Dans le premier e-book, je vous explique comment présenter votre dossier bancaire d’investissement locatif pour que votre banquier soit convaincu de la viabilité de votre projet immobilier. Et puis, dans le second e-book, « Doubler son salaire », je vous explique comment la rentabilité explosive de la location courte durée va vous permettre de vous créer une rente immédiatement dès le premier jour où vous allez être propriétaire de votre projet immobilier.

Juste avant de vous quitter, si vous souhaitez télécharger ces deux e-books, c’est exactement la même chose, le « i » en haut à droite. Et puis, je vous mets également les liens de téléchargement dans la description juste en en dessous de cette vidéo.

Allez, je vous quitte ici pour aujourd’hui. Et puis, comme d’habitude, on se retrouve très très prochainement pour une nouvelle vidéo sur Louer en courte durée.

Je vous dis à très très bientôt ! Ciao !


Des conseils sur l'immobilier !

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir de bons conseils immobiliers et le guide GRATUIT
" Doubler son salaire avec la location courte durée "

Recherches utilisées pour trouver cet article :louer nom expert comptable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    Le problème c’est que c’est Comme les avocats
    Je suis allé voir deux avocats pour leur « apporter » une affaire, les deux m’ont écouté exposer mon affaire, ont répondu à mes questions test et au final m’ont demandé de l’argent pour le temps passé (1h). Je n’ai jamais voulu leur demander conseil je voulais les choisir (ou non) et mon choix etait non. J’ai été dégouté.
    C’est inadmissible, c’est pour moi impossible de choisir un expert comptable : Quand je leurs dis que c’est juste « pour voir » ils refusent si c’est pas payé !!!!

    • Ca m’est arrivé de consulter un avocat qui me disait ne pas avoir les compétences mais qu’il allait se renseigner.
      Le fait de l’entendre me dire ça m’a coûté une consultation… 🙂

  2. Mr Truc,
    Je pense que c’est normal qu’un avocat ou un expert comptable demande x euros pour une heure de consultation. Chacun a travaillé dur pour avoir un métier. On ne va pas chez le médecin gratuitement. Mais par contre, il existe des permanences gratuites une fois par mois, dans toutes les chambres de commerce de France. Pour ma part, dans le centre de la France, j’ai pris RDV il y a peu avec un expert comptable FIDUCIAL qui m’a reçu plus de 2 heures, sans rien me demander. Je pense que c’est comme les banquiers, il faut peut être pousser 10 ou 20 portes pour en trouver un bon. Mais dans tous les cas, ne vaut il pas mieux je pense bien préparer ses questions, et payer une heure ou deux, que de ne rien faire, ou de faire mal…
    Philippe

  3. Bonjour
    Je dois changer de cabinet comptable car plus de comptable attitré suite au départ de ma comptable.Que pensez-vous des cabinet comptables en ligne spécialisés en LMNP?
    Avez vous des retours? Des cabinets à conseiller.
    Merci par avance

    • Bonjour,

      Je conseille plutôt de faire appel à un cabinet avec un interlocuteur physique.