Un business pour la famille à travers une SARL

5

L’immobilier peut être abordé de plusieurs manières.
Il n’y a pas une façon unique d’investir.

Jo et Laurette font de la location courte durée en Savoie.
Dans cette vidéo, ils nous racontent leur parcours immobilier et nous expliquent pourquoi ils ont choisi la SARL de famille pour investir.

Indiquez-moi dans les commentaires ci-dessous ce que ce parcours vous inspire.

Le blog de Jo et Laurette : Parents investisseurs
Un séjour en Savoie chez Jo et Laurette : Les loges de Savoie

Transcription

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree dans laquelle je vais vous présenter un couple, Jo et Laurette, qui font de la location courte durée.

Bonjour à tous, je suis Sébastien, auteur du blog louer-en-courte-duree et je souhaitais faire cette interview pour vous montrer comment un couple, Jo et Laurette, arrive à tirer des revenus locatifs conséquents de la location courte durée.

Mais ce que je voulais que Jo et Laurette partagent avec vous aujourd’hui, c’est leur parcours immobilier, nous indiquer quelles sont les erreurs de parcours qu’ils ont fait en investissant dans l’immobilier ; et puis, surtout, la stratégie qu’ils ont mis en place pour exploiter leurs biens en location courte durée.

Alors, avant qu’ils nous expliquent tout ça, n’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne YouTube en cliquant sur le bouton « abonnez-vous ! » ça me permettra de vous tenir informés de la publication de toutes mes nouvelles vidéos.

Alors Jo et Laurette, je suis ravi de vous recevoir.

Jo : Merci Seb.

Laurette : Merci.

Sébastien : Donc, ce qui me plait dans votre parcours, c’est que comme moi, vous faites énormément de location courte durée. Je pense que c’est votre activité principale dans l’immobilier. Est-ce que vous pouvez expliquer où est-ce que vous exercez, quels revenus vous tirez, puis tout votre parcours immobilier.

Jo : D’accord. Je commence ?

Laurette : Vas-y. Lances-toi.

Jo : On est en Savoie, donc on est plus sur Chambéry, une ville de moyenne dimension, environ 50 000 habitants. On a pas mal investi dans l’immobilier depuis 15 ou 20 ans maintenant, depuis qu’on est ensemble, avec beaucoup de hauts et de bas, je dirais d’échecs et de gros succès ; on peut avoir à en développer, je pense, ensemble. Et on est aujourd’hui, on a un patrimoine d’environ une dizaine de biens immobiliers.

Sébastien : D’accord. Un joli parcours donc.

Jo : On ne va pas se plaindre mais on peut faire mieux encore.

Sébastien : Alors, du coup, vous êtes partis sur la location courte durée, c’est ce que je sais en tout cas, c’est que vous n’avez pas démarré par là.

Jo : Non, pas du tout. Ca a été plutôt un switch tardif pour nous. On s’y est mis il y a environ 3 ans. Auparavant, on va peut-être dire ce qu’on a fait avant. Ça fait plutôt une dizaine d’années. On était plutôt chercheurs de…

Laurette : Défiscalisation, des choses comme ça. Et du coup, on a opté pour l’achat d’un appartement T4, en format T4, qu’on a acheté sous la loi Scellier, je ne sais pas si vous connaissez.

Jo : À l’époque, oui.

Laurette : Et en fait, ça permettait de défiscaliser pendant 6 années consécutives l’équivalent de, je crois, la somme de 4000 € par an, quelque chose comme ça.

Jo : Sur 2 ans en fait, 9 ans.

Laurette : Sur 9 ans. Par an.

Jo : Et également, comme à l’époque, on était tous les deux employés salariés, on cherchait un petit peu d’autres affaires en termes de défiscalisation, on était un petit peu ennuyés par les impôts. C’est une grosse erreur, vraiment une grosse erreur à ne pas reproduire. On a fait aussi un autre appartement en studio à la montagne également en défiscalisation. Donc ça, c’est nos deux boulets, comme je le nomme souvent quand on discute avec Laurette. Mais là, ça nous a vraiment appris à savoir qu’il faut se former et bien se renseigner avant de faire des erreurs comme ça parce qu’aujourd’hui, on les traine encore, ça reste de l’immobilier, ce n’est pas du passif qui va perdre des sous ; mais cependant, ce n’est pas l’idéal. Aujourd’hui, on a une trésorerie qui dépend de ça puisqu’on doit encore régler des crédits sur des appartements qui ne rapportent pas grand-chose.

Laurette : On est obligé d’attendre encore 2, voire 3 ans pour certains avant de pouvoir revendre et du coup, récupérer les fonds immobilisés.

Sébastien : C’est vrai qu’en France, on est dans un pays où on a énormément de taxes, d’impôts ; donc, la première pensée qu’on a lorsqu’on souhaite investir dans l’immobilier, c’est se dire je veux faire de la défiscalisation pour faire de l’économie d’impôts, alors que pas du tout. Ce qu’il faut chercher à faire plutôt, c’est générer des revenus qui vont être pas imposés, ou en tout cas…

Laurette : Le moins possible.

Sébastien : … le moins possible.

Jo : Absolument.

Sébastien : Exactement. Et donc, si je reprends ces deux appartements, le premier, vous en êtes combien de votre poche tous les mois et le second ?

Jo : Alors, sur le grand T4, on est aujourd’hui, on rajoute entre 300 et 400 € par mois de notre poche. Et puis, l’appartement qu’on a acheté à la montagne, le studio, lui, il nous coûte à peu près 200 à 250 € par moi de notre poche.

Sébastien : D’accord.

Jo : Donc là, jusqu’au jour où on pourra les vendre, qu’on aura atteint le minima requis par l’état, on est encore tenus de les payer.

Sébastien : D’accord.

Jo : Ça ne va pas forcément nous booster. Dès que ça sera parti, ça va accélérer d’une manière impressionnante.

Laurette : Drastique !

Sébastien : J’ai fait le calcul. 350 + 250, donc 600 € de votre poche tous les mois, ce qui est quand même énorme. Avec 600 €, on fait beaucoup de choses quand même.

Laurette : Oui. Et sans compter l’argent qui est déjà immobilisé…

Sébastien : Oui, bien sûr.

Laurette : Notre apport qu’on a mis à l’époque plus le capital qui travaille.

Sébastien : Donc, défiscalisation ou pas défiscalisation pour les gens qui regardent.

Laurette : Alors pas défiscalisation.

Jo : Non. Pas défiscalisation.

Sébastien : Pas défiscalisation

Laurette : Pas d’intermédiaire.

Jo : Non, non, pas défiscalisation.

Laurette : Ni défiscalisation. On vous le déconseille totalement. On s’est fait prendre, voilà.

Sébastien : Et donc, vous êtes partis sur la loc’ courte durée ou la loc’ saisonnière.

Jo : Oui.

Sébastien : Donc là, on a beaucoup de résultats ?

Laurette : Il y a à peu plus de 2 ans de ça.

Jo : Oui. Ça fait 3 ans presque, je crois, quasiment. Donc là, on a investi sur plusieurs appartements, plutôt des petites surfaces, enfin, un petit peu de tout, entre la petite chambre de bonne de 11 m² jusqu’à des T2 de 35 m² – 37 m². Donc là, on en a 4 aujourd’hui.

Laurette : C’est ça.

Jo : Dans notre zone, donc vraiment proche de chez nous parce que c’est important. J’aime bien maintenant acheter proche de chez moi pour être en total maîtrise de ce qui peut s’y passer. Puis, un cinquième qui était signé déjà, qui est donc dans notre poche mais qu’on doit encore travailler en termes de travaux. Ça commence dans quelques semaines.

Sébastien : Et que vous allez diviser en deux.

Jo et Laurette : En trois.

Sébastien : En trois. Donc trois apparts de plus, pardon. C’est ça.

Jo : Donc, ce qui se passe, c’est qu’avec le temps, avec l’expérience du coup, maintenant qu’on a une formule qui marche, et vraiment là, ça n’a rien à voir, le suivant, donc celui qu’on vient de faire, il va vraiment être d’une très, très gros rendement en tout cas.

Sébastien : D’accord. Et du coup, en termes de cash-flow sur ces 4 + 3 à venir, alors il est où situé ?

Jo : Sur du loc’ saisonnier aujourd’hui, alors évidemment, on a différentes surfaces donc le cash-flow peut être différent suivant les appartements. Mais globalement, on va être capable de dégager entre 300 et 500, voire 600 € par appartement de cash-flow, une fois toutes les charges payées, le ménage payé…

Sébastien : D’accord. Donc, ça fait une jolie somme à la fin.

Laurette : Ce n’est pas mal.

Jo : Bah oui. Puis, il y a les 3 qui arrivent, ça va être pas mal aussi.

Sébastien : Donc voilà, des projets super bien réussis. Alors, j’ai une question que tout le monde me pose : comment tu fais pour déléguer tes apparts, qu’est-ce que tu gardes, qu’est-ce que tu ne gardes pas ? Donc moi, ce que je garde, c’est toute la partie amont et tout ce qui se passe sur le terrain, check-in, ménage, linge, je ne m’en occupe pas. Voilà. Donc vous, comment est-ce que vous fonctionnez ?

Laurette : Alors nous, la partie gestion en amont, on l’a toujours. Ça, c’est sûr. Les contrats, les réponses aux personnes, les factures à émettre… On a encore l’accueil parce qu’on estime que, en fait, on aime faire ça, c’est vrai que c’est chronophage mais on aime le faire et jusqu’à présent, on n’a encore trouvé personne qui puisse le faire « aussi bien que nous » parce qu’on a le sens de l’accueil, je pense. En plus, on parle plusieurs langues étrangères, donc c’est un plus par rapport à nos visiteurs. On a délégué depuis 1 an maintenant toute la partie ménage, enfin mise au propre de nos appartements. Et on est très content parce que c’est assez vrai que ça nous éloignait quand même pas mal de notre vie familiale, donc a retrouvé un certain équilibre par rapport à ça. Et puis, les check-out également se passent de manière assez autonome dans la mesure où on a des boîtes à clé, des serrures qui se ferment toutes seules. Il suffit de claquer la porte en fait et voilà. Puis, on fait confiance aux gens. C’est vrai que notre relation est quand même bien basée sur la confiance simultanée, enfin réciproque.

Jo : C’est important, nous, on aime vraiment faire le check-in, c’est quelque chose qui nous plaît. Alors, je ne dis pas tous les jours de l’année, on est toujours contents de faire un check-in. Mais au global, on a plutôt une approche qui est d’aller vers les gens et échanger avec les personnes, bon, enfin très vite si la personne est pressée…

Laurette : On s’adapte.

Jo : Voilà, en 5 minutes, c’est fait. Et s’il y a des gens qui veulent échanger, qui est le resto du coin que vous conseillez, qu’est-ce qui est à visiter, tiens je devrais aller chercher untel, voilà, on est là, on interagit avec eux et on apprend aussi d’eux. Donc, c’est un vrai plaisir pour nous aussi.

Sébastien : C’est intéressant ce que vous dites parce que ça veut dire qu’il n’y a vraiment pas de formule prédéfinie, il y a des gens qui vont vouloir tout faire, il y a des gens comme moi qui vont vouloir tout faire sauf ce qui se passe sur le terrain, il y a des personnes qui vont vouloir tout déléguer ; puis, il y a des gens comme vous qui aiment aller à l’encontre des gens. Et je pense que ça sert de vouloir se dire mais comment il faut faire ? En fait, je pense qu’il faut faire ce qu’on a envie… ce qu’on a envie de faire.

Laurette : Comment on le ressent.

Sébastien : Exactement.

Jo : Pour tout te dire Sébastien, au début, on a tout fait, y compris le ménage, d’accord ? Tout fait de A à Z. Et même au début, on commençait à aller aussi là-bas pour le check-out parce qu’on n’avait pas l’habitude. Donc, on se disait il faut être présent. Donc, après, on s’est dit qu’est-ce qu’on peut vraiment déléguer. Après 1 an, pour vraiment savoir le temps que ça prenait, on s’est fait le ménage un petit peu par alternance…

Laurette : On s’est chronométré.

Jo : On s’est chronométré.

Jo : Voilà. On savait vraiment le temps que prenait le ménage et on ne nous la fait pas. Alors que la femme de ménage me dit elle a fait 2 heures, ce n’est pas possible. On sait très bien que c’est 45 pour tel appartement ou 1 heure 15 pour un tel. Donc, nous, on l’a fait. On était effectivement éreintés. On s’est dit ça, il faut vraiment qu’on le délègue parce que ce n’est pas possible. Et ça se passe très bien. On n’a pas eu le temps de trouver la bonne personne mais en tout cas, ça, c’est fait.

Laurette : On est content, on a une bonne équipe.

Sébastien : Et je pense que c’est important aussi de savoir comment ça se passe sur le terrain parce qu’après, expliquer aux personnes ce qu’on attend d’elles, c’est compliqué si on ne l’a pas fait soi-même. En tout cas, moi, je pars de ce principe-là.

Laurette : Oui, on parle en connaissance de cause. C’est vrai.

Sébastien : Ok. Bon, très bien. Le business, il roule plutôt bien. Donc, ce qui m’intéresse aussi dans ce que vous faites, c’est que vous avez cette volonté de transmettre à vos enfants. Alors, du coup, comment est-ce que vous investissez ? En nom propre ? En société ? Alors, je connais la réponse mais je vais vous laisser le dire. Quel choix vous avez fait et pourquoi ?

Jo : On a créé une SARL, SARL de famille quasiment à l’instant où on s’est décidé de partir en loc’ saisonnière. Donc, au lieu d’acheter et après, se poser la question, on s’est dit bon, on sent que la loc’ saisonnière va nous plaire. C’est une vocation quelque part pour nous. Et on s’est dit voilà, quelle formule juridique et fiscale employer pour le faire. Et on a donc consulté notre notaire, on a consulté un expert-comptable. Et par rapport au fait qu’on veut faire loc’ meublée, la formule a été une SARL. L’idée de la SARL, c’est évidemment issue d’une société qui nous permet d’être elle et moi ensemble et de pouvoir, à terme, y ajouter nos enfants. Parce que c’est vraiment important pour nous, le patrimoine immobilier, on le fait surtout aussi pour générer aujourd’hui des revenus, certes, mais quelque part, plus pour laisser une trace et donc générer des patrimoines pour nos enfants qui nous suivront.

Laurette : C’est ça.

Sébastien : Voilà. Ça, c’est que je voulais vous faire dire, c’est important. Maintenant, Laurette et Jo investissent en SARL, ce n’est peut-être pas la formule qui conviendra à vous. Il faut étudier votre patrimoine, votre situation personnelle et professionnelle par rapport à des objectifs mais qui sont à travailler avec un expert-comptable ou avec un notaire. En tout cas pour…

Jo : Ou les 2 à la fois.

Sébastien : Exactement. Et qui ont été sur le même avis.

Jo : Absolument. Ils étaient en symbiose sur cette thématique-là. Donc, on n’a pas hésité, on n’est pas experts, on n’est pas fiscalistes. Voilà.

Laurette : On a fait confiance à des experts. Donc, voilà.

Sébastien : Moi, je pense qu’au bout d’un moment, quand on arrive à un patrimoine comme le vôtre, c’est bien aussi de se faire accompagner même en sachant ce que vous voulez faire parce que vous avez été les consulter au moment où vous avez démarré le saisonnier.

Laurette : Voilà. C’est ça.

Jo : Oui. On s’est posé la question et on voulait vraiment ne pas faire d’erreur donc on l’a créé.

Sébastien : Et donc, désormais, j’imagine que vous voulez continuer les opérations. On va vous laisser finir la division en trois. Et puis, derrière, il y aura certainement autre chose parce que c’est quelque chose qui vous plaît.

Jo : Tout à fait. Donc, là, on va, on est focus sur l’appartement en trois. L’idée, c’est dans 2, 3 mois l’ouvrir et commencer à générer effectivement des revenus. De toute façon, ça reste notre passion, notre hobby l’immobilier, et donc, quelque part, on veut continuer sur cette thématique. Alors, peut-être qu’on fera autre chose que loc’ saisonnière pour un peu diversifier, on en aura 7, ce sera probable. En tout cas, la SARL est vouée à grandir. Absolument.

Sébastien : Et donc, à côté de ça, vous avez ouvert un blog, un site sur lequel vous essayez, enfin vous allez le présenter mieux que moi, pour accompagner les parents à investir pour leurs enfants.

Jo : L’idée, c’est simple. C’est que grosso modo, on a fait une formule sur 15 ans, d’investir beaucoup dans l’immobilier. On a fait des erreurs, on sait pourquoi on les a fait à l’époque, on pense que beaucoup de gens les font toujours aujourd’hui.

Laurette : Oui.

Jo : Et on voudrait déjà conseiller les parents qui ont une optique j’imagine effectivement de patrimoine à long terme et donc investir dans immobilier, c’est une bonne chose. Mais il faut le faire bien et on veut donc conseiller les parents et futurs parents à mieux investir et mieux vivre leur parentalité avec un patrimoine qui va se forger tout seul année après année et rassurer leur objectif de mettre leurs enfants aussi à l’abri.

Laurette : Oui, c’est ça.

Jo : Donc, on a créé un site qui s’appelle « parents-investisseurs », c’est très simple, qui réunit un petit peu les deux, l’optique.

Laurette : Au pluriel.

Jo : C’est ce que nous sommes donc au global. Un jour, notre fille nous a dit, de 10 ans, mais encore un appartement qu’on va acheter ? Et du coup, vous ne faites que acheter des appartements et du coup on se dit on est des parents investisseurs et d’où l’idée du nom du blog

Laurette : Vous ne savez rien faire d’autres que d’acheter des appartements.

Sébastien : C’est déjà pas mal. Un jour, tu nous remercieras.

Laurette : C’est ça.

Sébastien : Bon, écoutez, c’est parfait. Je mettrai l’adresse où vous retrouvez dans cette vidéo et puis, dans la description juste en dessous. Allez voir ce qu’ils font. C’est bien. Et puis, si vous voulez faire un tour en Savoie…

Jo : Venez !

Sébastien : Je mettrai aussi, vous avez un site sur…

Jo : Oui, on a un site.

Laurette : Alors il s’appelle leslogesdesavoie.

Jo : LESLOGES de Savoie, comme le département, .fr.

Sébastien : Ok, je mettrai le lien également. Ok, merci Laurette, merci Jo pour cette interview.

Jo et Laurette : Merci Seb.

Sébastien : Donc, si vous souhaitez en savoir plus sur l’immobilier et la location courte durée, n’hésitez pas à me suivre sur le blog louer-en-courte-duree ou à vous abonner à ma chaîne YouTube. Et puis, je vous rappelle également que vous pouvez télécharger les deux e-books que j’ai rédigé : « Convaincre la banque – mode d’emploi » dans lequel je vous explique comment convaincre la banque de votre projet immobilier pour lui donner les bons arguments pour qu’elle vous finance ; et puis, « Doubler son salaire avec la location courte durée » dans lequel je vous explique comment vous allez pouvoir vous créer des revenus complémentaires ou une rente grâce à la location courte durée.

Sébastien : Vous confirmez qu’on arrive à dégager de jolis compléments de revenus.

Jo : Tout à fait.

Laurette : On a trouvé le bon format, je pense.

Sébastien : Voilà.

Donc pour télécharger ces deux e-books, cliquez simplement sur les deux vignettes qui viennent d’apparaître dans cet écran. Ou sinon, je vous mets les liens de téléchargement sur le « i » qui va apparaître en haut à droite de cette fenêtre ou bien dans la description juste en dessous de cette vidéo. Voilà.

Écoutez, Laurette, Jo, merci beaucoup pour ces quelques minutes. Puis, quant à nous, on se retrouve très, très vite sur une nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree.

Sébastien : Ciao !

Jo : Au revoir !

Laurette : Au revoir !


Des conseils sur l'immobilier !

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir de bons conseils immobiliers et le guide GRATUIT
" Doubler son salaire avec la location courte durée "

5 commentaires

  1. Bonjour Sebastien, bonjour Jo,

    Interessant le coup de la SARL de famille, par contre j’imagine que c’est un peu gênant (je ne parle pas spécialement pour vous ☺ ) mais en cas de divorce par ex.

    Il me semble que la SARL de famille vole en éclat également dans ces cas là.

Leave A Reply

85 Partages
Partagez83
Tweetez
Partagez2
+1
Email

Doubler son salaire avec la location courte durée ?

x