Quitter la fonction publique à 50 ans pour vivre de l’immobilier

2

Certaines personnes découvrent sur le tard qu’elles ont un vrai esprit d’entrepreneur ou d’entrepreneuse.
C’est le cas d’Anamaria (professeur des écoles) qui a réussi grâce à l’immobilier à générer des revenus bien supérieurs à son salaire.
Et le tout en seulement 2 ans !
Aujourd’hui, à 50 ans, elle quitte la fonction publique, créée sa société et se lance à son compte.
Un parcours qui force le respect !

Indiquez-moi dans les commentaires si vous auriez eu « le cran » de prendre la même décision qu’Anamaria.

Transcription

Sébastien : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree. Je suis ravi de vous accueillir et je suis surtout aujourd’hui heureux d’accueillir Anamaria. Salut Anamaria !

Anamaria : Bonjour Sébastien !

Sébastien : Merci d’être présent sur notre chaîne YouTube. Alors, ton parcours, il est incroyable. C’est pour cela que je voulais absolument te faire passer sur ma chaîne YouTube. Tu vas nous expliquer ce parcours incroyable où tu as investi dans l’immobilier et tu es arrivée à un stade où tu as décidé carrément de quitter ton boulot d’enseignant pour vivre de tes revenus locatifs, puis faire tout un tas d’autres choses en particulier, te mettre à ton compte. Tu vas nous expliquer tout cela dans cette vidéo. Cela te va ?

Anamaria : Parfait !

Sébastien : Très bien. Avant qu’on rentre dans le vif du sujet du parcours d’Anamaria, si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à vous abonner absolument à cette chaîne YouTube et surtout ne pas oubliez à cliquer sur la petite cloche pour être tenu informé en temps réel de la publication de toutes mes nouvelles vidéos.

Cela vous permettra également de rejoindre une communauté de plusieurs milliers d’investisseurs passionnés d’immobilier et de location courte durée. Puis si vous découvrez cette chaîne aujourd’hui, n’hésitez pas non plus à télécharger mes deux ebooks : « Convaincre la banque : mode d’emploi » et « Doubler son salaire avec la location courte durée. »

Pour télécharger ces deux ebooks, vous avez des liens d’accès dans la description juste en dessous de cette vidéo. Sinon vous cliquez sur le (i) qui va apparaître en haut à droite de cette fenêtre.

Voilà pour l’introduction. Anamaria, ton parcours comme je le disais est incroyable. On peut dire ton âge, elle est à quelques années près, tu as plus de 45 ans aujourd’hui.

Anamaria : Je vais avoir 50 ans dans un mois.

Sébastien : Tu l’as dit !

Anamaria : Pas de souci !

Sébastien : Tu as 50 ans et tu étais enseignante jusqu’il y a encore deux mois. La rentrée cette année, tu ne l’as pas faite.

Anamaria : J’étais théoriquement enseignante jusqu’à il y a quelques jours puisque j’étais en vacances, mais je suis à mon compte maintenant depuis quelques jours, à mon compte depuis deux semaines.

Sébastien : Deux semaines, c’est tout frais. L’interview, elle est toute fraîche. Évidemment, tu n’as pas quitté l’enseignement comme cela, tu as pris quelques précautions. C’est en grande partie grâce à l’immobilier que tu as pu sortir du fonctionnariat. C’est un parcours assez atypique parce que dans l’esprit des gens : « je suis fonctionnaire, j’ai la sécurité de l’emploi. » Toi, tu arrives sur tes 50 ans, tu as décidé de tout plaquer. Explique-nous pourquoi, comment tu as pu prendre cette décision et surtout comment tu y es arrivé grâce à tes multiples investissements ?

Anamaria : Alors, j’ai 50 ans. Autour de 45 ans, je commençais à me dire : il faut quand même que je trouve une solution parce que mes 2000 € de salaire de prof, c’était un petit peu compliqué, seule, avec deux enfants. Donc, je me suis dit : il faut que je trouve des solutions. J’ai commencé par essayer de me former par rapport à l’argent, par rapport à des choses. Puis forcément, on arrive au sujet qui fâche : comment trouver de l’argent ?

Beaucoup de gens ont parlé de l’immobilier. Donc, je me suis dit : « c’est vrai que c’est une valeur sûre. » C’est facile à se dire : « j’achète un bien, je le mets en location. Je fais en sorte de pouvoir le louer suffisamment plus cher pour que cela me rapporte quelque chose tout de suite et le tour est joué. »

Je me suis formée énormément. Premièrement, c’est la première chose. Je n’ai pas voulu me lancer tête baissée, je me suis énormément formée. Puis, j’ai acheté un bien dans une grande ville puis un immeuble dans une beaucoup plus petite ville. Le premier bien, c’était il y a 2 ans, tout juste.

Sébastien : C’est tout frais, ce n’est pas si vieux que cela.

Anamaria : Je crois que je fête, on est le 5 aujourd’hui.

Sébastien : On est le 4.

Anamaria : Demain le 5 septembre, je fête 2 ans depuis l’achat de mon premier bien.

Sébastien : Bon anniversaire !

Anamaria : Merci. Après, six mois plus tard, j’ai acheté un immeuble et un an après, j’ai acheté une maison dans une plus petite ville du côté de Pyrénées et encore un appartement très bien situé dans ma ville d’origine.

Sébastien : D’accord. Donc pas mal d’opérations immobilières en 2 ans et demi, 2 ans.

Anamaria : 2 ans puisque demain, je le fête. Les achats, en tout, ont été faits sur un an.

Sébastien : Donc un an et demi. Alors la première question qu’on pourrait se poser : qu’est-ce que tu as mis en place comme stratégie de location ? Parce que tu quittes le fonctionnariat, j’imagine que ce n’est pas pour perdre de l’argent. Aujourd’hui, tu gagnes plus d’argent que ton ancien salaire. Quelle stratégie de location tu as mise en place ?

Anamaria : Alors essentiellement la courte durée. C’est-à-dire que c’est sûr que si je veux dégager des revenus après avoir payé toutes les charges : crédit et tout ce qui incombe un appartement, tout ce qui va avec, il faut trouver des solutions qui vont permettre de rapporter plus et en particulier c’est la courte durée. Sauf un bien que j’ai, une maison ; parce que je suis en train de finir les travaux, je travaille d’ailleurs toute la journée, j’ai encore les cheveux mouillés de la douche ; que je veux mettre en colocation.

Sébastien : D’accord ! Donc des stratégies de location à haut rendement. J’ai envie de dire : bravo à toi parce que c’est la façon d’aller chercher le meilleur rendement locatif, le plus gros cashflow tout en minimisant les risques.

Tu as lancé toutes ces opérations immobilières, est-ce que tu veux dire combien tu gagnais dans l’enseignement, tu l’as déjà dit d’ailleurs : 2000 €, aujourd’hui en cible, combien vont te rapporter tous ces biens immobiliers ?

Anamaria : Alors après avoir loué tous les biens, y compris ceux qui sont en travaux, fini les travaux et tout mis en location, je vais avoir environ 3000 €. Je pense que c’est la fourchette basse.

Sébastien : 3000 € de revenus, plus que de revenu locatif. 3000 € de cashflow alors que ton ancien salaire était 2000 €.

Anamaria : C’est facile à calculer !

Sébastien : C’est la remarque d’ailleurs que je t’ai faite juste avant de démarrer l’enregistrement de la vidéo. Tu es resté 12 ans dans l’enseignement pour un salaire de 2000 €, ce qui est quand même bien. C’est correct. C’est plus que correct même un salaire de 2000 €. En investissant sur toi-même, grâce à l’immobilier, en deux ans seulement, tu as pu aller chercher 3000 €, donc 50 % de plus que ton ancien salaire.

Anamaria : Je relève une fois de plus sur ce que tu viens de dire, en investissant sur moi-même. Je pense que c’est vraiment le facteur le plus important. C’est-à-dire que je me suis formée d’un côté sur le développement personnel. J’ai essayé d’évoluer. D’un autre côté sur l’immobilier, sur l’objet de ce que je fais. C’est vrai que partir vraiment à l’aventure, cela peut être bon. Pour certains, cela peut fonctionner, mais ce n’est pas une garantie. Se former, c’est très important.

Sébastien : Toi, tu es partie en essayant de savoir où tu allais mettre les pieds. Tu n’étais pas partie un petit peu fofolle comme cela. Et d’ailleurs ce que tu me disais tout à l’heure, c’est que tu continues à te former sur d’autres thématiques.

Anamaria : J’ai trois formations en cours en plus de tout ce que je fais comme investissement.

Sébastien : Ce qui me plaît dans ton parcours, c’est que tu as un vrai esprit d’entrepreneur ou d’entrepreneuse, que finalement, tu t’es découvert tardivement, à 45 ans passés. Et aujourd’hui, tu es en train de mettre en place tout un tas de choses. Donc là, on parle d’immobilier, mais tu as d’autres projets en tête. Tu me disais que tu avais créé une société qui va faire également d’autres choses.

Anamaria : J’ai créé une société qui va aussi avoir un rapport avec l’immobilier, donc d’autres stratégies. Je me lance aussi dans le e-commerce. Je vais lancer un blog d’ici très peu de temps. Le nom de domaine est déjà réservé.

Sébastien : Parfait ! Alors est-ce qu’à un moment puisque dans l’esprit des gens, le fonctionnariat c’est quand même le poste assuré, c’est la retraite assurée, est-ce qu’à un moment où tu as commencé à jouer avec tout cela et que tu as pris la décision de quitter l’enseignement, tu t’es dit : « attention peut-être que je vais faire le mauvais choix. Aujourd’hui, j’ai une place chaude, elle est sûre. » Qu’est-ce qui a fait que tu t’es dit : « tant pis, ce qui m’attend, ce sera meilleur que ce que je peux avoir avec l’enseignement ? »

Anamaria : Je pense que ce qui est super important, c’est de se dire : j’ai des rêves, j’ai envie de faire des choses, j’ai envie d’offrir les choses à mes enfants, puis d’avancer dans la vie. C’est vrai qu’en restant enseignante, je sais d’où je pars. C’est sûr que quelque part, je peux me dire que je vais partir sur. Je ne peux pas garantir que mon choix est bon, mais ce que je sais, c’est que ce que je peux faire, quand je vois ce que j’ai réalisé en 2 ans, je sais que maintenant avec toute l’ouverture que j’ai, les opportunités, j’ai besoin de faire un tri dans les opportunités.

J’ai besoin de faire des choix puisque tant que je n’avais pas commencé à m’ouvrir à toutes ces choses-là, à investir, à travailler sur moi au niveau de l’argent et ainsi de suite, je me disais : « qu’est-ce que je vais faire ? » Je cherchais des idées. Je n’ai aucune idée. Je ne sais pas quoi faire. Bref, je ne sais pas comment avancer. ».

Puis maintenant, les opportunités ne cessent de se présenter et j’ai juste besoin de faire des choix. Alors que là, j’ai choisi quatre axes de progrès, ce qui est déjà beaucoup. Je sais que je ne vais pas faire d’autres choix dans l’immédiat. C’est super important d’avoir un but, d’avoir un rêve.

Sébastien : En fait, c’est cela. Tu as trouvé ton « pourquoi tu vas faire cela » et tu te donnes les moyens d’arriver à ce pourquoi. Maintenant que tu as cette ligne directrice, comme tu le disais si bien, les opportunités se présentent à toi. Il n’y a qu’à baisser pour les ramasser, quel que soit le domaine d’ailleurs.

Anamaria : En fait, il n’y a même pas besoin de se baisser, il y a juste besoin à tendre les mains et cela tombe. Ce ne sont pas les billets qui tombent parce que pour que les billets tombent, il y a du travail. C’est-à-dire, j’aime bien dire : « cela y est, j’ai pris ma retraite. » En fait, je suis beaucoup plus souvent en train de travailler qu’avant.

Sébastien : Cela te fait vibrer en fait.

Anamaria : En fait, je ne m’imagine même pas ce que je pourrais faire d’autre. Je suis tellement heureuse le matin de me réveiller, d’aller derrière mon ordinateur et faire ce que j’ai à faire ; de me réveiller, prendre la voiture faire 1 heure 30 de trajet pour aller sur mon chantier, voir où cela en est. Là en ce moment ce matin, je me suis levée à 7 heures du matin pour aller visser les meubles de la salle de bain, monter les meubles de la salle de bain, la cuisine et ainsi de suite.

Sébastien : Elle a l’air heureuse quand même. Rien qu’en parler, elle a l’air heureuse.

Anamaria : Je n’avais pas cet enthousiasme pour aller travailler.

Sébastien : La banane est jusque-là, cela fait vraiment plaisir à voir. Qu’est-ce qu’on peut retenir de ton parcours qui est vraiment extraordinaire. Tu es en train de découvrir une deuxième vie, une deuxième vie professionnelle. Tu te lances à ton compte. Tu es rayonnante. Tu es heureuse. Tu as réussi à faire plus 50 % sur tes revenus en 2 ans. Écoute, c’est juste magnifique.

Je voulais vraiment faire cet interview avec toi parce que ton parcours, ton cursus, il est super inspirant. C’est possible même quand on est fonctionnaire. C’est possible même quand on a dépassé 45 ans, même quand on approche de la cinquantaine.

Il suffit de trouver sa voie puis il n’y a plus qu’à se lancer. Mais comme tu le disais : « cela reste quand même du travail. » Tout ce qu’elle nous a présenté dans les quelques minutes d’interview s’est résumé en 5, 10 minutes. Par contre, c’est quand même 2 ans de boulot. Cela ne se fait pas tout seul, mais c’est possible.

Anamaria : Tout à fait ! Avec un travail, donc je le redis : j’étais seule. Mère célibataire avec deux enfants, donc ce n’était pas forcément facile.

Sébastien : Ce n’était pas gagné d’avance.

Anamaria : C’est-à-dire qu’il y a plein de gens qui trouvent cela comme excuse pour ne pas y aller alors que pour moi, cela a été le moteur.

Anamaria : Oui, exactement !

Sébastien : OK ! Écoute, merci Anamaria d’être venue partager cela ici. Je te remercie d’avoir accepté cette interview.

Anamaria : Merci à toi !

Sébastien : Encore une fois, si vous souhaitez visionner d’autres histoires inspirantes comme celle d’Anamaria, n’hésitez pas à vous abonner à cette chaîne YouTube. N’hésitez pas également à mettre en commentaire ce que vous pensez du parcours d’Anamaria que je trouve exceptionnel. D’ici là, on se retrouve très prochainement pour une nouvelle vidéo sur louer-en-courte-duree. À très bientôt.

Ciao !

Anamaria : Au revoir !


Des conseils sur l'immobilier !

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir de bons conseils immobiliers et le guide GRATUIT
" Doubler son salaire avec la location courte durée "

Recherches utilisées pour trouver cet article :je veux quitter la fonction publique

2 commentaires

  1. Guillaume on

    Je trouve dommage que la vidéo ne contient aucun chiffre. prix d’achat, rendement, imposition, type de location courte durée, façon de gérer tout ça … Cela aurait été beaucoup plus instructif. Au final que dit cette vidéo ? que cette dame a fait des investissements depuis 2 ans et qu’elle gagne aujourd’hui 50 % de plus qu’avant (impôt payé on en sait rien). AU final 14 min qui ne nous apprennent pas grand chose. dommage

    • Sébastien on

      La vidéo montre comment en 2 ans Anamaria a réussi a générer plus de revenus que son salaire grâce à ses investissements immobiliers et à ses stratégies de location.
      Les montants n’ont pas d’importance.
      Elle a réussi à le faire avec un salaire de 2000 euros, en tant que mère célibataire avec 2 enfants à charges.
      C’est ça qui est important et le but de la vidéo est de montrer que cela est possible.

      Concernant les impôts, effectivement, ils ne sont pas abordés mais le sujet a été traité dans d’autres vidéos.
      Avec le bon régime fiscal, il n’y a pas d’impôt durant plusieurs années.
      Et en investissant régulièrement, le but est de ne jamais en payer.

      Toutefois, l’impôt ne doit pas être un problème non plus.
      On ne prendra jamais plus d’argent qu’on n’en gagne.
      On se lève tous les matins pour être imposés à la fin de l’année et personne ne décide de ne pas aller travailler pour autant…

Leave A Reply

Doubler son salaire avec la location courte durée ?

x